Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - YVES TREILLE

Publié par ERIC DUBOIS sur 24 Mai 2011, 20:27pm

Catégories : #poèmes

 

 

Parfois je me sens échoué‚sur la grève, le coeur las

et l’âme lamentable. Et, brisé‚ par le ressac,

j'assiste impuissant au massacre

d'un corps dont tous les membres craquent

sous l'assaut lent des vagues,

qui ne se bat déjà plus,

qui reste là tristement‚ étendu,

que l'océan aveuglément fracasse.

Les mots depuis longtemps perdus

n'aident plus ma mémoire

que lèchent des flots d'algues aux langues noires

au rythme lent de leur danse aquatique

lui prodiguant leurs sournoises caresses

pour qu'elle sombre avec moi au fond de la paresse.

 

Et puis il y a des jours, des jours comme aujourd'hui,

où tout l'être se bat, se redresse et révolte.

Interdit de vouloir s'en aller

chercher d'illusoires refuges en de sombres contrées...

Lancé au coeur des combats, avec au bout du bras l’épée qui virevolte

furieuse et fière de terrasser de vieux fantasmes

qu'elle pourfend, soudain minuscules et mesquins,

condamnés à céder sous l'assaut assassin.

En sa grande vigueur tout l'homme drapé somme

l'armée des ombres de laisser choir ses étendards,

inutiles trophées par l'épée lacérés

qui frappe, frappe encor pour que vainquent l'envie,

le désir de l'envie et

l'envie de la vie,

 

28-XII-2000

 

 

****

 

 

 

 

Enfers délicieux

Accueillez vos enfants

tous vos enfants

Que vos portes ouvertes à tous promettent

félicité bonheur prospérité. Sus à la trop catholique

pour être honnête religion

 

Honneur à Hadès aux âmes mortes à Cerbère à Charon

 

Venu ici par la main d’Euripide guidé

Mes premiers pas d’homme affranchi j’accomplis tel un bébé hésitant facétieux

Versatiles les serviteurs des dieux convaincus peu à peu

aux bonnes causes gagnés

Applaudissent à tout va

à rien ppourtant tenus

 

A mes néophytes exploits qu’illumine la noire obscurité

pourtant si blanche, aux atours mordorés

 

Ne m’avez-vous donc encore reconnu?

Mais si…voyons…mais si

Orphée. C’est moi, Orphée!

 

 

 

 

YVES TREILLE

 

 

Licencié ès lettres en 1973, j'ai enseigné jusqu'en 2008 et je consacre le plus clair de mon temps libre à l'écriture, romans, poèmes depuis le début des années 80. J'ai obtenu deux distinctions lors de la présentation de Eternel Ephémère au Printemps des Poètes, en 1999 et 2000.
   J'ai  écrit 10 romans.    Pas d'enfer a été présenté en 2008 au "Grand Prix Honoré d'Urfé du Roman d'Amour". 87 manuscrits ont été déposés. Pas d'enfer est arrivé en deuxième position.
    Des centaines de poèmes. 
   Des Miroirs (1983) aux Palais de la Mémoire, (en cours de rédaction) je m'efforce de visiter tous les genres romanesques.
   Ma poésie se veut elle aussi très éclectique, tour à tour d'un classicismme académique, moderne et expérimentale, elle explore tous les champs : lyrique, élégiaque, bucolique, pamphlétaire, etc
                                                                                               
   Je me consacre aussi à la peinture, à la sculpture, aux arts plastiques en général (nus, paysages, peinture abstraite et non figurative. Pastel.Huile. Acrylique. Installation).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents