Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - XAVIER FRANDON

Publié par ERIC DUBOIS sur 12 Février 2013, 10:57am

Catégories : #poèmes

 

 

"Les chiffres du chômage sont bons ce mois-ci, il n'y a eu que trois cent nouveaux inscrits au Pôle emploi enregistrés", citation décembre 2012

 

 

 

                 Rouge trémolo dans la voix

 

La voix du mégaphone s'épuise

 

Lambeau de drapeau             rouge

 

Rouge la cloche de 17 heures

               la fin de la chaîne rouge

              le soleil rougit du soir

                             ne sonne plus sur le parvis

              rouge

                            pavé                de l'usine

 

 

 

 

****

 

 

 

 

Les morts et les vivants

 

 

Les morts sont plus

nombreux que les vivants

 

Il en vient toujours

bousculade,                rebuffade championne

 

Les morts tiennent le

haut du pavé avec

leurs tombes et leurs

poussières que les vivants

leur envient

 

Heureusement les vivants sont fiers

et altiers leurs efforts à rattraper

la différence.

Tous ensemble ils s'accrochent

ils multiplient leurs présences

 

Des naissances pour les morts :

                 souvenir

                 mémoire

                 soupirs

                entonnoir

 

A ce jeu les vivants

rêvent ils rêvent

de gagner la compétition

 

Ils courrent ils suent

leurs sangs hâbleurs

et se penchent nus

sur leurs soupirs sous

leurs râlent d'amour

 

                 Une cage tourne et

                 dedans des macaques

                 s'agitent pour tourner

                 encore encore

                la roue cinglante

 

Les morts sont sacrément

nombreux

Les veinards les chanceux

 

                Onctions diverses

                Sacrement d'aménité

 

Les vivants errent amnésiques

peureux ils ne veulent pas

perdre alors ils reproduisent

leurs efforts pour dépasser

les morts dans leur multitude

 

Pourtant les morts

leurs trépas amnésiques

leurs aimables trépas

sous les pierres grises des prêtres

avec des clairons des fleurs et des trompettes

                 ou avec indifférence

les morts gagnent c'est

sempiternel ils gagnent :

 

                         Les morts sont plus

                         nombreux que les vivants

 

Les vivants roulent

au Parnasse laissons

leur     l'            espoir

et taisons ce poème

pour la célébration amène

de leur éternité

 

 

 

 

Le serpent



Un magicien tire par la queue un grand serpent. Celui-ci s'agite, vexé. Il siffle et frétille pour se délivrer.

Tout autour les enfants sages serrent très fort les mains de leurs parents. C'est une sorte de peur, bien que leurs petits yeux brillent de prestigiditation.

Un serpent frétille. Il vaut mieux qu'une carte avec un trèffle. Le magicien est content, son chapeau n'enserre pas trop son nèffle.

Les enfants sont contents, ainsi que leurs parents.

Tout le monde est content.

Sauf le serpent...évidement!

Mais ce n'est qu'un tour et bientôt il reprendra sa forme heureuse de bâton roide.

 

 

XAVIER FRANDON

 

 

Il se présente :

 

Jeune poète commence à diffuser ses textes. Fonctionnaire de mon état (je ne dirai pas où!), j'écris depuis quelques temps déjà. J'ai terminé cette année un roman, deux recueils de poésie, et un autre de nouvelles. Je poursuis ma quête d'âme dans les mots. Je n'ai pas publié de vrais livres...un jour peut-être. J'ai diffusé de modestes articles en magazine, et quelques poèmes en revue. En espérant que ces deux poèmes vous surprendront.

Le premier est inspiré de l'actualité. Le second a une vie assez étrange. Je l'ai écrit deux fois. Puis, deux jours après avoir terminé mon texte, j'ai découvert mon premier vers dans la pièce de Ionesco titrée Rhinocéros : BERENGER: Les morts sont plus nombreux que les vivants. Leur nombre augmente. Les vivants sont rares.

J'ajoute un petit texte sous forme de prose qui m'a amusé quand je l'ai écrit.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents