Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - XAVIER FRANDON

Publié par ERIC DUBOIS sur 21 Mai 2012, 14:39pm

Catégories : #poèmes

( Le premier poème relate une histoire vraie, une de ces fables abominables qu'on trouve parfois en écoutant la campagne profonde. )


 

On s'en fout

 

 


Il était une fois un âne

Qui s'appelait

On s'en fout

Il était une fois des ânes

Qui s'appelaient

On s'en fout



Le premier est gris

Un âne à poils

Un bourricot



Les seconds sont huit

Des grands enfants

Des asticots



Dans un champ de village de Drôme de collines

Un âne qui s'appelait on s'en fout

Viennent les huit mâles

Qui saisissent l'animal par le cou

C'est pour pas qu'il se débine

Et hop ils lui glissent un bison dans l'édicule

L'âne on s'en fout crie des cris de bourrique

Les autres rient et se reculent

Blam pète le bison de l'édicule

De cet animal on s'en fout il est ridicule

Il court des enjambées

Paniqué

Se jete pour se refroidir son derrière

Dans un étang qu'on s'en fout

Mais un âne ça ne sait pas brasser

Car cela se saurait si l'on ne s'en foutait

Enfin voilà cet âne à barboter

Puis à se noyer



La morale c'est qu'on s'en fout pas mal

De ce vieil animal

Les autres s'en sortent pas si mal

Sales vauriens morveux canailles

Mais on s'en fout, au final.

 

 

****



 


La valeur de la purée


Le zeste d'une orange orange
Une poignée de marrons marrons
De beaux radis noirs noirs
Un verre de vin blanc blanc
Trois fanes de carottes carottes
Un mash de patates patates

Purée ça ne marche pas tout le temps
Il va falloir réviser

La purée ne vaut pas moins que la compote

 



***


 

 

Croquer le bout du pain


Parfois je le fais, parfois, je ne le fais pas. Aussi, souvent j'hésite. Cela choque mes principes, de le faire. Mais en même temps, ne faut-il pas parfois, les choquer un peu, les principes? La question peut se poser. Une attirance énorme, ou une répulsion veule. L'hésitation peut être longue jusqu'à la prise terminale de décision. Mais ce temps, cependant, n'est-il pas très court quand on compare la cogitation à la maigre distance qui sépare le lieu déclencheur et le lieu d'arrivée? Point crucial. Question existentielle. Ce soir je ne le fais pas, mais demain, peut-être choisirai-je une autre voie. Qui sait? Pas moi en tout cas, et je ne veux surtout pas savoir à l'avance mes choix prochains. Angoisse.

J'ai choisi tout d'un coup.

Merde alors, c'est existentialiste.



XAVIER FRANDON
 
 
Il se présente :

Je m'appelle Xavier Frandon, made in 26 (Drôme). J'habite à Fontainebleau. Je suis actuellement travailleur social pour le Ministère de la Justice. Auparavant, j'ai suivi un cursus universitaire validé par un Master 2 en Histoire médiévale à Lyon. J'ai déjà publié trois articles dans des magazines, sur des sujets d'histoire militaire.
Je suis aussi musicien (piètre). J'écris comme un forcené, beaucoup de pages, surtout de la poésie, que je suis en train de mettre en forme. J'ai aussi un roman, en phase de relecture, que j'enverrai sous peu en maison d'édition...

 

J'ai toujours aimé écrire, seulement, depuis un an, je conserve mes textes, je les travaille et les mène au bout, puis je les garde et les donne à lire, quand, avant, discrètement, je virais tout à la poubelle! Ce sont deux amies professeurs de Lettres, et un autre, philosophe à ses heures, qui me poussent à proposer mes textes à publier.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mu_lm 21/05/2012 18:25


ah vraiment j'aime beaucoup ! guetterai les (futures donc si j'ai bien compris) publications de mr Frandon

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents