Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS- THOMAS PONTILLO

Publié par ERIC DUBOIS sur 30 Juin 2013, 17:23pm

Catégories : #poèmes

 

 

 



I

Solitude?
Une langue obscure à nos bouches déformées.
Tu aimerais être serein,
et savoir que cela viendra un jour.
Mais la solitude ne s'arrête pas en chemin
pour un détour ou pour une halte.
Elle est un habit trop grand pour nous.
Ne crois pas, non, qu'elle soit
le sceau des grands hommes.
Misérable tu es, à reprendre souffle
même quand tu ris à gorge déployée
mais rompue dans l'alcool des jours qui ne passent

pas.



II



Il suffirait qu’un peu de ciel

appelle d’une voix d’eau ou de vent

pour que l’air ouvre des portes battantes

vers la mer nourrie de larmes,

pour que tout se révèle,

troué d’étoiles éblouies et de joie.



Mais les oiseaux se sont tus,

le ciel est noir et vide,

les décombres s’entassent sous nos murs,

plus personne n’ouvre les yeux,

car la chair nous a quittés.



III



Combien de temps cela fait-il que l’on essaie de vivre
en vain de boire le vin et de prendre congé
de ce vent qui nous modèle un visage
à faire pâlir un fantôme de passage ?



Combien de temps cela fait-il que le poids
effroyable de ce corps hanté de vies antérieures
pèse – pèse dans nos jambes,
poussière d’espoir et de promesses amères ?

Assez cessez de venir trouver ici de quoi
soigner vos bleus à l’âme Ailleurs allez ailleurs
vers ceux qui ont à la bouche le goût mielleux
des mensonges sucrés des artifices lumineux.
Je m’en irai n’ayant plus profonde tristesse que de

      n’avoir

pas su peindre le ciel,
de vous écrire je ne sais quelle vision du monde
et vous laisser même ces mots comme des maux

       intolérable.



Combien de temps cela fait-il que nous marchons
le souffle court et les tempes fiévreuses ?
la mémoire comme un cri qui passe sur mon âme
comme c’est long de croire une vie entière
aux miroirs de l’au-delà ;
l’amour mon amour naît dans le chant des fontaines
comme la joie bat de l’aile en moi
et soudain le gémir du vent me revient,
on ne bâtira plus de villes
il n’y aura plus de beauté celle que j’aime tant,
beauté d’être sans pourquoi comme la rose
beau d’atteindre les rivages du mourir.



IV

Qu'espérer de la pluie sinon qu'elle rende
notre solitude plus pure,
notre pas plus alerte sur des chemins plus arides?

Par vertu de l'automne,
la journée tremble d'un silence
qu'aucune parole ne viendrait troubler.
Plutôt un pas de danse,
infini,
mais soudain dans la flaque grise.

L'enfant,
trempé d'ombres,
de rêves inachevés,
marche
grand rêveur de chemins,
le visage enflammé de solitude.

Ces larmes de pluie
sont-elles encore pour nous
un peu de nuit?

L'enfant,
le regard embrumé
mais les yeux grands ouverts
se demande si l'amour est d'éternité,
si le chagrin ensevelit tout,
où vont nos morts sous les mots.





VI



Ce matin a des tristesses d’enfant blessé,
le bleu du ciel souffre en nous ça se sent partout
dans le corps maladroit dans nos yeux incertains
le bleu du ciel a menti le bleu du ciel meurt,
les nuages rangés en ordre de bataille
déjà s’apprêtent à réciter leurs litanies.

Le bleu du ciel a menti le bleu du ciel meurt
d’avoir trahi sa promesse d’être si tôt
parti avec tous les cris de la terre aussi
loin de nos frêles espérances avachis
nous sommes devenus aveugles nous restons.





VII

Les mots
raccommodent le ciel.





 

THOMAS PONTILLO

 

 

Thomas Pontillo est un poète, né en 1989, en Lorraine. Il est professeur de philosophie.

A publié un premier recueil en août 2012, Feu Orphelin, aux éditions Flammes vives. De surcroît, il collabore aux revues Arpa, Le capital des mots, Incertain Regard, Libelle, Bleu d’encre, Revue 17secondes, Poésie Première (à paraître prochainement), Paysages Ecrits (à paraître prochainement) , Voxpoesi et Traversées (à paraître prochainement). A publié quelques textes dans une anthologie, Poèmes en loft, publiée aux éditions Flammarion.

Ces textes appartiennent à un second livre en attente d’éditeur intitulé Carnet pour habiter le jour



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents