Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - RICHARD TAILLEFER

Publié par ERIC DUBOIS sur 31 Mars 2012, 08:10am

Catégories : #poèmes

Forêts qui portez tout                                      

sur des Tableaux de Marc Chenaye                                                  

 

                                                                                                                   

 

Forêt primitive                                                            

 



 

 

Elle nous conduit                                                        

jusqu'à ce que nous sommes                                  

 

S'en souvient-elle                                                      

de ce long silence après l'orage                           

de cet embrasement ultime                                   

entre le gel et le feu                                                

 

Des nuits anciennes                                                

avant le verbe avant les maux                             

avant même que l'homme ne prenne racine          

 

 **

 

 Forêt de chair indomptable                                               

 

 Ici                                                                                          

rien n'est tout à fait mort ni tout à fait vivant         

Parfois                                                                                  

Je cherche et guette                                                        

le moindre bruit du vent                                                  

Quand le ciel est noir                                                      

que la lune s'éclipse                                                        

 

Je songe à l'infini                                                              

de la forêt immense                                                        

 

Le calme est tel                                                                

qu'un chant y résonne                                                    

 

Un oiseau sur la branche                                              

se pose  s'envole  puis disparaît                                  

 

 

 **



 Forêt Impénétrable                                                          

 

 

Plus je m'en approche                                                        

plus je m'en  éloigne                                                          

 

Trop faibles sont mes pas                                                  

et je porte avec peine                                                        

Tout le poids solitaire du voyageur                                

Moi qui n'ai de souci                                                            

que de flâner d'un pas tranquille                                    

 

Suivre                                                                                    

le cours d'eau du ruisseau                                                

 

M'enfoncer et me perdre                                                                        

dans les méandres de la forêt profonde                        

 

 

**

                                              

Forêt éphémère                                                                   

 

 

Son souffle emporte tout                                                  

bien avant que la flamme                                                  

ne s'éteigne avec l'aube                                                  

 

Au loin                                                                                    

s'étend un horizon confus                                                

de sève de cendres et de larmes                                  

 

On dit                                                                                    

que l'absence n'est qu'une illusion                                

si la parole demeure                                                          

et propage son chant                                                        

 

J'attends dans la nuit                                                          

une éclaircie qui ne vient pas                                                                   



Entendez-vous bramer le cerf dans la forêt qui gronde ?

                                                                                     

                                                                       

  **                                                    

                          

Forêt carnivore                                                                        

 

Chaque nuance                                                                          

amplifie le rythme                                                                    

 

Au gré du vent                                                                          

la colline immobile                                                                    

se prosterne dans les muscles du temps                          

 

Ici ce n'est                                                                                  

qu'un chevauchement de désir                                            

Bouches dédoublées à l'infini                                                

sous la morsure des strates                                                  

avant le baiser des veines assassines                                                

 

Un territoire de peau incandescente                                  

 

dans le vacarme des forces sismiques                                

 

 

**                          

 

Forêt captive                                                                              

                           

Il faudrait                                                                                    

d'un seul regard                                                                        

entrevoir la plaine                                                                    

retranchée dans ses quatre coins                                        

entre le gris du ciel                                                                    

et cette terre d'argile                                                              

qui court vers la forêt profonde                                            

où nul homme s'invite                                                              

 

Ici où là                                                                                        

émergent d'énormes rochers blancs                                    

si ce n'est quelques feuillages                                                

rouges et mauves                                                                      

égarés aux pieds des grands arbres                                    

qu'un incendie menace                                                            

comme peau de chagrin                                                            

 

Pourtant                                                                                        

la nuit, tout près                                                                        

j'entends le bruit du torrent                                                    

sur la pierre qui roule                                                                

annoncer le printemps                                                              

 

        

 **



Forêt perpétuelle                                                                        

 

 

Les vapeurs de l'étang                                                              

ont la couleur du ciel                                                                

           

De l'arbre en fleurs à l'arbre mort                                            

quelle distance nous sépare                                                      

 

La mousse colore                                                                          

le printemps des pierres                                                            

alors que les feuilles mortes                                                    

recouvrent déjà tout un désert de ronces                            

 

Le fleuve est sombre                                                                  

et la pluie va tomber                                                                

Ne pas sombrer au creux de la vague                                    

que porte le vent qui se lève                                                      

 

Seul sur ma barque de passage                                                

 

je songe                                                                                          

et regarde un nuage                                                                    

qui s'enfuit au loin                                                                        

 

 

 

**



 Forêt de lumière                                                                            

  

 

Tu dis neige !                                                                                    

 

Un rouge soleil                                                                                

recouvre la roche qui se dérobe                                                

 

On distingue à peine                                                                      

 

un dernier nuage                                                                            

dans sa quête perdue du ciel                                                          



Fleuve qui se prolonge                                                                    

au travers des gorges profondes                                                

 

Au loin                                                                                                

un chemin nous emporte                                                              

avant que le soir nous rattrape                                                  

au pied de la montagne noire                                                      



Je vais, je viens                                                                                

 

mais sans laisser de traces                                    

****                                 

You forests who bear all                                                

 Painting by Marc Chenaye

Traduction anglaise de John Batey                                                        




Primitive forest  

 


 By which we are led

 until we are

 

 Does the forest remember

 this long silence after the storm

 this final blaze

 between frost and fire

 

Those primeval nights

 before the word before sin

 before mankind even took root

 

 

 **


 Forest of dauntless flesh      

 

 

  Here

  nothing is utterly dead nor utterly alive

  Sometimes

  I search and listen for

  the merest sound of wind

  When the sky is black

  when the moon is eclipsed

 

  I dream endless dreams

  of the immensity of the forest

 

  the calm is such

  that a song rings out

 

 a bird on a branch

 alights flies off then disappears

 

 

 **


 Impenetrable forest               

 

 

 The more I close in                 

 the more I distance myself

 

 My steps are too weak            

 and I suffer

 All the lonely weight of the traveller   

 I whose only care 

 is to stroll with lazy tread

 

To follow

 the course of a stream

 

 To push deeper in and lose myself                      

 in the labyrinth of the forest depths

 

 

 **

                                              

Ephemeral forest

 

 

Its breath bears all away

long before the flame

dies with the dawn

 

 Far off

 stretches a veiled horizon

 of sap of ash and of tears

 

 It is said

 that absence is but an illusion

 if the word remains

 and spreads its song

 

 I await in the night

 a brightening which fails to come                        



 Do you hear in the rumbling forest the stag’s gruff call ?

 

                                                        

 **                         


Carnivorous forest

 

 

Every nuance

amplifies the rhythm

 

 At the whim of the wind

 the unmoving hill

 prostrates itself in the muscles of time

 

Here it is but

a straddling of desire

Mouths endlessly split asunder

beneath the bite of strata

before the kiss of grain bled dry                 

 

A territory of incandescent skin

 

 in the tumult of seismic forces

 

 

**                          

 

 Captive forest

                           

 One ought

 with a single glance

 to glimpse the plain

 huddled in its four corners

 between the grey of the sky

 and this earth of clay

 in its dash towards the forest deep

 where no man chooses to go

 

Here or there

emerge huge white rocks

unless simply a few leaves

red and mauve

strayed at the base of mighty trees

which a blaze threatens

 to crumble away to nothing

 

 However

in the night, so close

I hear the sound of the torrent

on the tumbling stone

 announce the coming of Spring

 

        

 **


Eternal forest

 

 

The vapours rising from the pond

are the colour of the sky

           

From the tree in flower to the tree in death

so great the distance which divides us

 

Moss tinges with colour

the springtime of the stones

whilst dead leaves

already blanket a bramble waste

 

The river is gloomy

and the rain will soon fall

Take care not to founder in the trough

of the wave

 borne on the rising wind

 

 Passing through alone on my craft

 

I daydream

and watch a cloud

 flee away far away

 

 

 **



 Forest of light

  

 

You said snow !   

 

A red sun

blankets the irresolute rock

 

One can barely make out

 

a final cloud

in its quest but lost in the heavens    

 

River which unfurls

through many deep rifts

 

In the distance

a track bears us away

before being caught by the evening

at the foot of the black mountain

 

I come and I go

 with no trace left behind

 


                                                                       

 

 

RICHARD TAILLEFER

 

Richard Taillefer, poète revuiste. Cofondateur de la revue Poésimage (France).

Né un 21 avril 1951 à Montmeyan. Un de ces magnifiques villages perchés du haut Var situé au pied des Gorges du Verdon.

 

Fils d'un traminot, il passe toute son enfance et son adolescence à Marseille où il crée à l'age de 16 ans avec quelques amis, le Montmeyan club. Une association de jeunes, dévoués à la danse (les boums) et aux musiques branchées des Années 1970.

C'est le temps des premiers textes poétiques et des amours aux pieds des jeunes filles diseuses de bonnes aventures.

 

En 1972, après une année passée dans le cadre du service militaire obligatoire, il rentre à la SNCF comme conducteur de train, dépôt du Charolais, situé à Paris et ce jusqu'en 2001. 

 

Période de militantisme syndical. Elu à plusieurs reprises délégué du personnel.

 

En 1981, il s'installe à Savigny-le-Temple, ville de 30 000 habitants de la Seine-et-Marne où il y assure la présidence de la maison de la culture (Espace Prévert) de 1993 à 1998, puis la fonction de maire adjoint délégué à la culture en 2001.

 

Membre du Parti Socialiste dès 1985, Richard Taillefer sera tour à tour, secrétaire fédéral PS de Seine-et-Marne, aux entreprises,au social, à l'agriculture, à la culture. 

Membre du bureau national du secteur Entreprises du PS dans les années 2000.

 

Candidat aux sénatoriales comme suppléant sur la liste de gauche du 77 en 2004  ainsi qu' aux régionales d'Iles de France en 2010.

 

En 1977, il publie son premier recueil de poésie (Combat pour un amour), ce livre sera suivi de 7 autres:

 

Ombre et lumière/1979/Cahiers Froissart

Litanies pour quatre saisons/1981/Cahiers Froissart

Au rond-point des falaises/1994/Cahiers Froissart/Prix Froissart

Corps de papiers/1991/La Table Rase

En un clin d'oeil/2009/Patrimages

Jusqu'à ce que tout s'efface/2010/ Editions Dédicaces

Des clins des mémoire/2011/Editions Dédicaces

 

Richard Taillefer a collaboré à de nombreuses revues:

La Sape,Décharge, Cahiers Froissart. Poésimage, Comme en Poésie, Jointure,

Patrimages, Capital des mots, Intuitions, Les Cahiers du Charbon Blanc, la Grappes 

 

Dans le cadre de la revue Poésimage, il réalisera des entretiens et portraits

de plasticiens: Emile Sabouraud, Henri Goetz, Bengt Lindström, Edouard Pignon,

Patrick Lipski, José Pédros I Ginestar...

 

Invité au salon du livre de Montréal en 1985 dans le cadre de l'OFQJ, 15 jeunes Editeurs viennent saluer le Québec.

Lors de cet évènement, rencontres avec les poètes Gaston Miron, Claude Beausoleil, Patrick Straram (Le Bison Ravi),Marie Belisle, Hélène Dorion, Lucien Francoeur, Bernard Pozier, Madeleine Gagnon, Yves Boisvert, Célyne Fortin et le photographe Serge Mongrain.

De ces échanges, naîtra "RENCONTRES QUEBECOISES' publié dans la revue Poésimage.

 

Richard Taillefer a participé à quelques anthologies poétiques:

 

- 114 Poètes sollicités par de jeunes collégiens du Nord/éd.Haut de France

- Poètes pour Haïtï. (textes nés du tremblement Haïtien sans nom) http://secourspoétique.net

puis aux Editions de l'Harmattant

- Spécial Haïtï/revue Intuitions

- Anthologie 2010 des Editions Dédicaces

- Ombre et lumière, anthologie du festival international de Poésie de la ville de Morestel...

 

Vous pouvez retrouver des textes de Richard Taillefer sur les liens:

 

http://www.dedicaces.ca

http://helices.fr

Richard Taillefer wikipédia

http://patrimages.over-blog.com

Richard Taillefer sur Facebook

http://le capital des-mots.fr

http://www.myspace.com/poesimage

http://www.printempsdespoetes.com/

 

 

 





 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents