Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - NASHTIR TOGITICHI

Publié par ERIC DUBOIS sur 1 Juin 2013, 07:19am

Catégories : #poèmes

 

 

 

 

Fatigué par la pluie déserte

Et par les pas qu’on n’entend pas

Jadis rêvant sous la fenêtre

L’ombre chute en un vain opéra

 

Nous nous aimions disais-tu

Quand nous étions ensemble

Tes yeux brillants pourquoi meurs-tu

Poupée de cire poupée de cendre

 

Le jour la nuit les gens vont ivres

Déambulant dans leur sommeil

Le jour la nuit tout est pareil

 

N’y comptez pas petits soldats

N’y comptez pas dès le réveil

La mort sans gloire vous attendra

 

 

 

***

 

 

 

 

Passé par le feu et l’eau vive

Sans penser à mal ni à bien

D’une mémoire définitive

L’homme seul meurt comme un chien

 

Nous rêvons que nos corps vont

Unis ensemble toutes les nuits

Fêtons cette commune amie

Réunis sous ces plafonds

 

Beau souvenir naît et demeure

Dans cet écrin où l’amour meurt

Et l’oubli est définitif

 

Cendres du passé braises vivantes

Que vous cherchez toujours captifs

De vos désirs de plaies béantes

 

***

 

 

 

 

Attente bleue du train cachant

Les heures pleines de l’écharpe

Vieille la brune en souriant

Et tous ses pleurs qui m’échappent

 

 

Sous la guitare de ses doigts

Frôlé par ce jardin secret

Je songe à un futur trépas

Chevauchant ce membre dressé

 

 

Assis sur la banquette sale

D’un RER bien fatigué

De ma mémoire sentimentale

Je lance un nouveau projet.

 

 

NASHTIR TOGITICHI

 

 

 

 

 

Nashtir Togitichi  

La cinquantaine, psychologue clinicien, thérapeute, formateur.

Lit de la poésie et écrit pour lui depuis longtemps. .

Recueil de poèmes : « Si tout se casse la gueule », inédit.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents