Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - NASHTIR TOGITICHI

Publié par ERIC DUBOIS sur 24 Mars 2013, 12:07pm

Catégories : #poèmes

 

 

 

Vingtaine

 

 

 

Elle disait bonjour

    de sa chambre close

              une tour d’ivoire

 

Le jeune la remerciait

   Présent refusé sans aigreur

    Sans fleurs ni couronnes

 

Et la tristesse s’installait pour longtemps

 

 

     Images couleurs parfums

        soliloques sans fin

 

 

                  sur deux routes

                                    à tracer

 

                            aux portes de l’été.

 

 

****

 

 

Juste le vent

 

 

Le silence dans la tempête

  le vacarme est ailleurs

  tant de vies qui s’arrêtent

 

Partout partout

  des enfants naissent

  les sanglots montent

  rêves avortés

dans une opulence factice

                   (images bruits

                    messages

                          saturés )

 

Le vent souffle et les hommes marchent

Sans rien voir somnambules

Feuilles mortes

 

Le ciel indifférent

Vide

            comme un regard

             terne et morne

 

Les lumières des villes

               s’éteignent

 

***

 

 

 

Le passeport pour la mort

est dans ta poche ce n’est pas la peine

  d’aller le chercher ailleurs.

 

La Main pesante sur l’épaule gauche

  Rythme ta marche ferme

  Et  ton pas  te conduit  vers la rivière

       où tu glisses comme un poisson trop petit

       qui retourne à l’eau

       à peine sorti de son lit par le pêcheur

dans ce monde de fer de feu et de merde

  trop petit

  pour ce monde de sang

   dont tu sortiras par n’importe quelle porte

Adieu adieu bougie soufflée

    disparition sans plus.

 

 

 

 

 

NASHTIR TOGITICHI

 


52 ans, psychologue clinicien depuis plus de vingt ans  A été prof (maître aux) à la vingtaine après une licence scientifique. A fait de la formation professionnelle et en fait encore un peu.

A lu Henri Michaux, beaucoup de surréalistes, des poètes plus anciens et des contemporains plus proches aussi.

Ecrit pour lui depuis la petite vingtaine, rien publié.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents