Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - MICHEL OSTE

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 25 Juin 2010, 15:37pm

Catégories : #poèmes

 

A DEUX PAS DE LA NUIT





J’avance

et je suis seul

avec moi-même

mon ombre et moi.



Mon compagnon

sera la première

ombre venue

à ma rencontre




Ami d’une heure

ami d’un jour

que m’importe

solitude contre solitude




Ma vie, la tienne

ta vie, la mienne

qui sommes-nous ?

des passants



Rien que cela

tes mots

sur mes mots

forment une grammaire



Une musique

on se parle

 à soi-même

on ne s’écoute pas



A quoi bon !

on dit les mêmes choses,

ou à peu près,

le cœur n’y est pas.



On ne se reverra pas,

alors, à quoi bon

faire semblant.

Ne jouons pas.



Le long des murs

des maisons

vides, fermées

à double tour



Je passe lentement

m’arrête des fois

pour voir

essayer de voir



des choses, des gens,

des cours fleuries

des plaques

marquées



d’un nom célèbre,

des traces du passé

des moments perdus

oubliés de tous.



La nuit est mon double

ma pensée, mes rêves

le passé revit, vient

jusqu’à moi




 

UNE SOIREE CHEZ PROUST

 




Boulevard Haussmann

près la place Saint-Augustin,

une fois la nuit venue,

les rues désertes.



J’ai revêtu mon beau

smoking, lissé mes cheveux,

peigné ma moustache,

parfumé mon corps.



J’ai banni de mon vocabulaire,

toute trace de vulgarité,

je me veux parfait,

ne serait-ce qu’une soirée.



Je rencontrerai l’élite,

l’élite de la pensée.
Je mesurerai mes propos

mangerai peu.

buverai encore moins

pour être mille fois plus présent.

Je noterai tout ce que j’aurai

vu et entendu.



Un carnet noir m’attend,

ouvert sur une page blanche.

J’y consignerai chaque moment,

vécu, chaque parole dite.



En sortant,

j’irai me perdre

au square Louis XVI

ou j’irai à la statue


de Jeanne d’Arc

tourner autour,

en guise de danse

Totem ou saluer



le bon Déroulède

et sa trompette guerrière

à soulever les cœurs

et remplir les tranchées de 14-18.



Le maître des lieux,

évanescent, discret, diaphane

et tellement présent

d’un mot d’esprit, d’un aphorisme.



Je quitte les lieux

ébloui d’avoir cotoyé

les sommets de l’esprit

et subitement petit dans mon smoking.







MICHEL OSTE 






La poésie a toujours accompagné sa vie, depuis ses premiers poèmes d’adolescent jusqu’à ceux d’aujourd’hui. Publié très tôt dans des revues littéraires, notamment à la « Table ronde », la poésie a été la trame de fond de toute sa vie. Après des études techniques, puis d’économie, il a exercé des responsabilités diverses dans des groupes internationaux. Sur le tard, il a entrepris des études universitaires en Histoire des techniques (diplôme de DEA). Il publie également dans des revues papier comme Poésie-sur-Seine, Poésie/Première. Il a été lauréat du Centre Froissart avec son recueil « Loin du silence des étoiles »

Il est connu dans les revues littéraires du Net comme www.ecrits-vains.com et www.francopolis.net

Parisien de naissance, marié, deux enfants, aujourd’hui retraité.
En automne 2006, aux Éditions Poiêtês, est paru son recueil « Jalons » et en janvier 2008 chez « Encres vives » un recueil intitulé « Brisures ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents