Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - MICHEL D'OSTE

Publié par ERIC DUBOIS sur 6 Août 2013, 06:49am

Catégories : #poèmes

 

Les mots d’amour sont des caresses

 

 

Les mots d'amour sont des caresses

Que seules les mains peuvent comprendre

La vibration des mots et la lente musique

Qui les accompagnent ne sont que le reflet

Atténué d’une écume de sentiments.

Je voudrais vous dire, mais je n’ose…

Je préfère aux mots le doux murmure

D’un « je t’aime »  à peine esquissé

Et mes yeux sont plus éloquents que ma voix.

Pourriez-vous m’entendre loin des yeux

Mais près du cœur : il y a plus d’amour

Dans le geste d’un au-revoir que dans une longue étreinte.

Certains gestes ont une telle vibration qu’aucun mot

Ne saurait y ajouter quoi que ce soit de plus.

Je vous aime autant dans vos déplacements, vos mouvements,

Vos parfums, votre démarche que près de moi immobile.

L’amour est vie ; l’amour est mouvement.

 

 

 

***

 

 

                               De sa chevelure

 

De sa chevelure

Coule des senteurs

Aux milles sens réveillés

De la courbure

De son corps

Je ne retiens que le torrent

De parfums qui s’échappent

De sa longue crinière

Aux épis dorés des jours d’été

Mes rêves insensés

Se perdent dans leurs méandres

J’enfouis mes fantasmes inavoués

Je m’assoupis le temps d’une extase

Je bois son parfum aux alcools

Recherchés, je murmure des mots

Sans suite et dans un long moment

Mi-rêvé mi-éveillé

Je me donne à elle

Comme une première fois

Dans ce que j'ai de meilleur...

Inaccessible rivage

Sous un vent apaisé

Je rêve de me fondre en elle

De mourir en elle

De renaître en elle

De revivre en elle

Et que le jour tarde à venir !

 

 

 

****

 

 

 

Je t’attendraià l’ombre de tes mots d’amour 

 

 

Je t’attendrai à l’ombre de tes mots d’amour ;

à l’abri derrière chacun de tes gestes,

chacune de tes phrases, je me glisserai avec ton peigne dans ta chevelure,

avec le rouge sur tes lèvres, avec le fard sur tes joues,

j’envelop­perai ton corps d’un vêtement

qui sera comme une étreinte mille fois plus accentuée

et qui te parlera de moi jusqu’aux plus petits plis de ta peau ;

je dormirai avec toi et m’immis­cerai dans chacun de tes rêves,

même les plus intimes ; à chaque minute, je serai en toi

et quand viendra l’heure où nous nous dirons notre dernier

« je t’aime » plus rien de toi me sera étranger.

 

 

MICHEL D'OSTE

 

 

La poésie a toujours accompagné sa vie, depuis ses premiers poèmes d’adolescent jusqu’à ceux d’aujourd’hui. Publié très tôt dans des revues littéraires, notamment à « La Table ronde », la poésie a été la trame de fond de toute sa vie. Après des études techniques, puis d’économie, il a exercé des responsabilités diverses dans des groupes internationaux. Sur le tard, il a entrepris des études universitaires en Histoire des techniques (diplôme de Dea). Il publie dans différentes des revues papier comme Poésie-sur-Seine, Poésie/Première, au Centre Froissart où il a été lauréat avec son recueil « Loin du silence des étoiles »
A animé sur le site
www.ecrits-vains.com différentes chroniques comme « Les balades parisiennes de l’Oncle Jérôme»

Actuellement, membre actif du site www.francopolis.net (membre du Comité de lecture) ; il y publie, contes, dialogues, aphorismes et analyses des sorties littéraires sous son nom Michel Ostertag.

 

A publié aux Éditions Poiêtês, son recueil «Jalons » et «Brisures » aux éditions Encres vives de Michel Cosem.

Parisien de naissance, marié, deux enfants, aujourd’hui retraité. Il partage son temps entre la région parisienne et l’Aveyron.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents