Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - MICHEL COSEM

Publié par ERIC DUBOIS sur 21 Octobre 2012, 18:59pm

Catégories : #poèmes

Derrière la fenêtre froide
s'agite l'absence
Les spectres de l'enfance
ne sont pas loin
C'est la tombée du jour
Il y a au bout de l'allée
une ombre qui bouge
et les acanthes se remettent
de leurs galops effrénés
Il y a aussi l'ignorance
l'énigme du lendemain
tout ce qui étreint
tout ce qui fait rêver




*



L'herbe sait être nue
mouillée
elle sait être enceinte
et porter sur son visage toutes les traces de la nuit
Elle sait aussi le vent qui râpe les fleurs ensanglantées
Elle sait enfin l'insolation
l'incertitude de la parole
et le goût démesuré de l'automne




*




Je n'en ai pas fini avec le labyrinthe
les rochers verticaux
les songes d'abbayes
Dans l'ombre d'une arche
un loup venu au pelage rouge
veille en griffant le sol
Son cri de solitude vibre comme un orage
Je n'en ai pas fini avec les labyrinthes



*





Ce rien d’essentiel
paraphe le chemin
là dans le désert
là où l’aube ausculte
la source
et le silence
traces et ombres mélangées
Tu es posé là comme un rayon
attendant que j’ouvre la frontière
le verbe fragile de la naissance
l’ultime perfection


*


Maisons blancs navires corsaires
ancrées aux plis sombres des rues
aux fourches aux anneaux
aux mousses
à la vie des arches et du ressac
à la moindre épave
aux petits rêves dorlotés
aux arbres pirates
aux rochers brigands pour les tempêtes
aux noires dents de requins
naviguant de nuit dans le sang

Maisons comme des amours abandonnées
pleurant les miettes du festin.


 
*
 
*

La brume avale le petit chemin
les noisetiers et le vieux chêne
les cris des oiseaux
les glissements de la sève et des pétales
l'histoire de la haie
l'amour des cheminées
le coeur pesant et l'appel de la jeune fille
dans les roseaux
les sourires posés à la fenêtre
près d'une rose givrée.


*

Tempêtes et sorcières
mélangent leurs chevauchées blanches
leurs cris d'ombre et de forêt
de trésors rouillés et de nuages perdus

Tempêtes et sorcières
boivent aux flaques d'eau
aux grandes plages
aux lacs immobiles
Elles pleure la beauté perdue
leurs noces brisées
et le grand désarroi lorsque hurle la solitude.


*


Les lagunes
comme des flaques d'argent
élargissent l'espace des hérons blancs
échangent les mots de la mer
Plus rien n'est interdit

Les premiers palmiers longent la place
et les feuilles dorées
sont de belles étrangères
pleines d'illusions

 

 

MICHEL COSEM

 

 

Michel Cosem a publié recueils de poèmes et romans.Il dirige également Encres Vives. Ses dernières publication sont "Le Sud du Soleil" (Editions de l'Atlantique) Bouquet Andalou (Encres Vives ) et "Le Bois des Demoiselles " roman chez De Borée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents