Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - LAURENT BOUISSET

Publié par ERIC DUBOIS sur 7 Mars 2013, 12:02pm

Catégories : #poèmes

 

Mais fait-il autre chose que de pleuvoir ?

 

 

Plus rien à foutre du tout de rien - ou pratiquement - et c’est ce pratiquement - qui depuis le début - embrouille l’humain

Parce que profonde on a l’envie - tous - qu’un éclat magique advienne

N’importe quoi - face à la pluie - qui aurait chance de faire date

Comme l’envolée soudain hors de son feu - de cet impressionnant serpent peureux - s’égosillant

 

Une vie entière serait magique pourtant - à ne plus rien faire d’autre - qu’explorer l’attente

L’attente humide - l’attente de rien

Magique et lente - humide - et prolonger d’un regard doux la prochaine goutte - la prochaine goutte - la prochaine goutte

 

Une vie entière est étendue à nos côtés - après l’amour - nous partageons le même silence

 

Etendue là une vie entière est attristée - à ne plus rien faire d’autre passée - jamais - que lentement regarder fuir

Plus loin - partir - couler - regarder fuir

Happés plus loin toujours - par la langueur inadmissible d’un même plan fixe

Moite et sucré - sensible - serein

Glissé du seul et même - insupportable film trop long

 

Une vie lente et rouge est achevée à nos côtés - après l’amour - entièrement ratée - oui il me semble bien - et magnifique - rien passée à jamais que ça - rien plus que ça - que prolonger d’un regard doux la prochaine goutte - la prochaine goutte - la prochaine goutte - la prochaine goutte

 

Semblable celle-ci exactement - à celle qui tout à l’heure - une heure ou deux de ça ou à peu près - m’a tendrement léché la nuque

Semblable celle-ci exactement - à toutes les autres au long du jour - qui n’ont rien fait d’autre - que rien dire

Semblable celle-ci exactement à cette immensité magique - ouverte soudain

A l’océan rouge et grotesque de tout ce que - moi - là

Sous cette pluie interminable - huit heures durant - si vous saviez

Je n’ai alors mais plus du tout envie de dire

 

 

La Antigua Guatemala, le 13 juillet 2010

 

***

 

 

 

 

 

 

 

L’abord des lianes

 

 

A l’abord des lianes l’oreille il apprit à très longuement la tendre plus avant que le vacarme plus avant que le tracé derrière les chevelures complexes et lourdes des orées tutoya la simplicité d’un envol le frêle bleuté l’à-peine et le bruissement à l’abord des lianes il apprit la discrétion des beautés véritables le vertige vagabond d’un clapotis la démesure orchestrale d’une flaque à l’abord des lianes il apprit à s’enivrer non pas d’une eau du sentiment d’une eau à se satisfaire de la seule proximité d’une boue lumineuse et par trois fois de joie ses yeux s’en allèrent survoler le sommeil des vases à l’abord des lianes il apprit l’imminence l’entendit rugir la muerte les reins roulés dans la défaite infinie des vagues à l’abord des lianes il épousseta la hâte sur son épaule puis sous le silence végétal d’une voûte d’un rire se délesta du trépignement chimérique des ruches à l’abord des lianes aux aurores un matin s’éveilla s’étira sous un manguier vit l’éclair verdoyant d’un lézard au loin zébrer la brume s’assit et sut que rien ne pressait plus

 

 

Cayenne, le 30 juin 2007

 

 

 

LAURENT BOUISSET

 


Laurent Bouisset est né en 1981 à Lyon, en France. Il a joué et composé dans divers groupes de rock avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Plusieurs de ses textes sont parus dans des revues françaises : Sanguine (2004), Chaoid (2006), Dixit (2009/2010), Pyro (2011), Verso (2012 et bientôt 2013). Il a donné naissance, en compagnie du peintre Erick Gonzalez, au blog de création collective FUEGO DEL FUEGO (www.fuegodelfuego.blogspot.com) où il a publié ses propres traductions de poètes latino-américains (Alan Mills, Javier Payeras, Hector Hernandez Montecinos, Luis Miguel Hermoza). Sa poésie se caractérise avant tout par une série de déplacements, dans les lieux, dans la langue. La couleur des espaces mais aussi leurs sonorités l'imprègnent. Il aime à retrouver par le rythme et la peau des mots l'écho d'un passé musical enfoui. Il travaille, à l'heure actuelle, dans le sud de la France, à l'achèvement d'un roman-fleuve aux disproportions excessives et volontaires. 

 

A écouter le travail musical que Laurent Bouisset réalise  avec le photographe-musicien Fabien de Chavanes aux adresses suivantes :


http://soundcloud.com/angel-d-exopotamie/enfin-nu-le-silence

http://soundcloud.com/ecriture-pentue/stambouliote-improvisation



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents