Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

VIE MAGIQUE

 

 

 

 

 

C'est un voyage qui se prépare. Ivre d'eau de mer, je vais à sa rencontre...

 

Elle : Ce sont des larmes d'espoir que je t'offre!

 

Des scories d'or limpides parsèment la rive du soleil étourdissant!

 

Lui : J'ai soif et faim d'exploration et de fourrures d'animaux que l'on ne trouve que là-bas!

 

Là-bas, des anthropophages s'offrent des dents comme des pointes de lance, et des phoques dirigent des symphonies d'océan autour desquelles des goélands planent aisément.

Voici venir le moment que l'on redoutait autant qu'on l'espérait. C'est le grand départ! Tout cela pour des pattes palmées ou des plumes huilées l'encre prolifère, salive et s'oublie sur la blancheur immaculée des pages des livres de voyage ; sur la banquise glaciale tout en apeurant le plus timoré d'entre tous. Et ce n'est pas moi qui suis à la proue!

L'ancre du bateau monte soudain au ciel, tandis que l'équipage resplendit dans ses boutons dorés. De douces demoiselles s'épuisent à rester blêmes de peur, lorsque soudain le quai tarde à nous rattraper. Et l'instant qui nous en sépare s'éteint comme la flamme d'une bougie sur laquelle on souffle.

Et je monte maintenant à l'horizontal couché sur mes deux jambes...

Le moment est venu d'ouvrir tout en grands les yeux et de fermer à clef les portes d'un passé désormais révolu.

 

Elle, c'est dame poésie, et lui l'humble poète qui s'est enchaîné à elle sans aucun retour possible!

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

IRREMEDIABLEMENT

 

 

 

 

 

 

Reposant sur les rayons du ciel qui frôlent l'air chaud, la clarté du printemps précoce – et j'aimerais être le premier à fouler par la pensée son savoir disparaît lorsque la nuit s'accroche à la mort, celle du temps qui passe : ce fantôme des Origines. Alors, liés entre eux une fois pour toute, l'amour et le coeur de ceux qui s'aiment s'unissent pour triompher sur la voie publique et dans les alcôves aux oreillers parfumés à la lavande.

Il y a peu de temps de cela, et c'était au pied d'un harmonieux belvédère éclairé que, à la nuit tombante, je voyais les deux amants se dorloter longuement...

Mais aujourd'hui, effilochure d'âme, oh! mort! tu te déposes irrésistiblement sur la poitrine pesante de la mourante qui, chaque soir, te craint lorsqu'elle s'endort souffrante. O les arbres centenaires du parc de la clinique imprégnés d'une odeur de mort! Et mille trépas sont ici mille montagnes!

Et puis les enfants du frère en pleurs devant le cercueil silencieux ; l'amant foudroyé et sa déchi-rante misère morale.

Et encore, les mains guidées par la joie du départ qui conduit irrémédiablement la jeune morte au paradis christique!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEAN LUCQ

 

 

Il se présente :

 

 

Un recueil de poèmes : "Terre Vierge ".

 

 

 

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0