Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JEAN LUCQ

Publié par ERIC DUBOIS sur 29 Novembre 2012, 16:35pm

Catégories : #poèmes

 

 

 

 

UN DELUGE VITE!

 

 

 

 

C'est parce que c'est incroyable que c'est vrai, mais, surplombant les lacs et l'étang, où se trouve le clos du cousin où enfant j'allais ramasser des champignons, là juste en face de moi, un grand arbre est subitement touché par l'éclair, pourfendant l'horizon secret tout en illuminant la nuit orageuse, la jonchère et l'église...

Et je rêve à un déluge! Nuages sombres, agitez-vous maintenant! Fouettez de votre sève le monde entier où soufflent les vents de l'injustice et du mal, et ce, jusqu'à la mort de tous les hommes vivant sur Terre! C'est un grand cheval noir, fougueux et écumant, qui les conduira tous à leur perte en les portant sur son dos! Et, croyez-moi, ses sabots meurtriers ne sont pas faits pour la douce promenade du séduisant cavalier solitaire que l'on croise en forêt, parce qu'ils sont les quatre blessures mortelles d'une existence corrompue que sont la fausseté, l'obscénité, l'ignorance et la cruauté. Implacablement ils nous poursuivent, et ils finiront par nous rattraper tôt ou tard pour nous piétiner en guise de punition! Galope, cheval noir du chaos! Galope, maléfique animal jusqu'au prochain déluge! Galope sans répit, encore et toujours!

Et puis, non! Coupons vite la langue de cette mauvaise histoire. Et le soleil redeviendra de nouveau consistant sous de beaux cieux. Sa flamme réchauffera l'ombre qui grandira avec les enfants joyeux, poussant tel le chêne millénaire. Et comme à leur habitude, les arbres sortiront massivement leurs racines de la terre. Le malheur cessera de nous hanter. Et la langue à couper, c'est cet air vicié qui nous empoisonne! Alors sortons de l'ombre de la grisaille du ciel ; changeons d'air!

– Ah! si cette hantise d'un déluge pouvait un jour disparaître à ma place! Je voudrais tant qu'un autre songe, bien plus doux que celui-ci, germe plus vite et grandisse dans mon esprit!

Alors je pars sur des mers et des océans mythologiques insondables. Où la surface opaque de l'eau cède pour laisser apparaître la vie encore exempte de toute impureté.

En somme, vous l'aurez compris, j'écris pour fuir ce monde-là et pour être tout simplement heureux!

 

 

JEAN LUCQ

 

 

 

Il se présente :

 

 

Je m'appelle Jean Lucq et j'habite près de Lyon, j'ai la quarantaine et je suis poète depuis pas mal d'années et en plus rentier. C'est seulement depuis peu que j'ai décidé de m'auto-éditer afin de laisser quelque chose de mes écrits passés et futurs avec mon premier recueil Terre Vierge. Mes poèmes sont visibles sur : Le capital des mots, poemes-epars.com, Art'en Ciel...

 

 

 

 

 

« Terre Vierge » mon premier recueil vient de sortir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents