Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JEAN-LUC DEBRY

Publié par ERIC DUBOIS sur 27 Décembre 2010, 20:08pm

Catégories : #poèmes

Aux souffrances aimables des jours nus



 

 

Aux souffrances aimables des jours nus

Le son lointain des enfances insoumises répond

 

L’écho circulaire de leurs chants mêlés

Enchante

 

À l’infini par où le vent divague

La voix tonique masque une lassitude ancienne

 

Ainsi, aussi, quelques fausses notes disent encore un mot de trop

Aux passeurs obligés de ces nuits fraîches

 

L’ivresse libidineuse de nos corps étouffe

Alors, malgré deux ou trois choses inutiles

 

Un soupir dit encore

 

 

 

 

 

 

 

Sous le soleil

 

Dans le jeu des lenteurs désirées

En douceur

La matrice des jours jouit

En douce

Conforme

Dans l’ombre d’eux

Et des nous incertains

En retrait

Aimables indociles

Indicibles hors d’ici

La saisir ensuite

Comme une raison sans suite

D’un chaos à l’autre

Seul et à côté

Des notes volent

Enfin

Folles

À part

En thèse bavarde

 

 

Fondu enchainé

 

Mordoré de l’automne

Puis

Enfin

Rouille l’hiver

 

L’eau

Ferme

Le lointain

Ralenti

 

Les cris des corbeaux

Sombrent

 

Et la nuit,

Déjà

Sans hésitation

Prestement

 

Envol pesant

De la nostalgie

Humide

Eparpillée

En gouttelettes

Éparses et dense

 

Alors

Enfin

Et aussitôt

Un halo

Éternise

Sous le bois dort

 

Une étrange circulation

Agite

L’audace altérée

 

Sous les bois mort

Le vain coule

Et son arôme

Engage à d’imparfaites paresses

 

Sous l’émoi mort

L’affable dit le nom

Et se donne pour rien

Au désir commun

 

 

 

 

JEAN LUC DEBRY

 


Petit homme de rien, schizophrène bénévole, s’emploie à survivre à mi-temps et écrit pour oublier qu’il boit. A aussi publié de Georges Cavalier, La Commune à Nouméah   aux éditions Séguier en 2002,  en 2005, Pierre Pirotte ou le Destin d’un communard aux Éditions CNT-RP, en 2007 à L’Insomniaque Le Soldat Françaoui, de Sotteville à Sétif,  en 2008 Tous propriétaires ou le triomphe des classes moyennes, aux Éditions de l’Homnisphères.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nina 27/12/2010 20:16



Qui me donne du miel adoucit ma vie.
Merci.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents