L’écriture s’anéantit au fur et à mesure …

Il n’y a de salut que dans la phrase à venir.

 

 

Aux idées prévaut souvent la langue.

Peut-être ne se souvient-on à la fin que de la musique.

 

 

Le style c’est le timbre, l’insu de la voix.

 

 

Créer : révéler à tous ce qui appartient à chacun.

 

 

Écrire ce n’est pas donner, c’est rendre.

 

 

Parler pour ne rien écrire…

 

 

Ecrire pour ne pas déborder, pour éviter le trop-plein.

 

 

S’attacher, s’ingénier à dire ce qui ne se peut dire.

 

 

Nous n’avons que des mots d’ici pour parler d’ailleurs.

 

 

Incapable d’écrire sur mais autour.

 

 

Quelque chose à l’intérieur s’écrit.

Glisse une ombre, complice.

 

 

Une trace, un emprunt

une simple rosée.

 

 

La question de l’écriture se pose en énigme : l’énigme du désir et de la perte.

 

 

Les mots sont à côté des mots.

L’indicible est la mesure de l’écart.

 

 

Terre brûlée de la langue, mots brasiers qui brûlent la forge et le forgeron.

 

 

Qui n’a de cesse d’enfouir les petits cailloux que nous

avons semés ? Faudra se contenter des traces…

 

 

De pierre, de sable ou de cendres à la fin,

seuls les mots ne pourrissent pas.

 

 

Cette énigme qui la nuit, dans un tonnerre de silence,

grossit un fleuve…

 

 

Sous la peau, les veines pulsatiles du silence,

sous la peau, la grande échappée du vide,

« ce cri gelé » a dit Cioran,

le mal de qui en sait trop ou trop peu.

 

 

Toi, écrivain ? Pour si peu !

Tout juste un écrivant, sommé parfois

par qui, par quoi ? – de s’affranchir.

 

 

 

JACQUES ROLLAND

 

 

 

 

Jacques ROLLAND est né en 1952. Il vit à Villeurbanne dans le Rhône où il a exercé le métier d’éducateur de rue. De nombreux poèmes ont été publiés sous son nom ces dernières années dans diverses revues (papier, en ligne) : Francopolis, Ecrits…Vains, Pleutil, La page Blanche, Comme en Poésie, Les Cahiers de Poésie, Le Capital des Mots, Les Tas de Mots… et anthologies : « Poètes face à la vie »

( Éditions de l’Athanor) «Du Souffle sous la Plume » n°2, n°3, n°5, n°7 ("Les Joueurs d'Astres" Éditions), « Visages de Poésie » (Jacques Basse - Anthologie n°5 - Éditions Rafael de Surtis), Lettrae Vox

 

 

 

Tag(s) : #aphorismes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :