Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JACQUES ROLLAND

Publié par ERIC DUBOIS sur 2 Novembre 2013, 08:10am

Catégories : #aphorismes

 

 

.

 

Tout homme infatué perd en profondeur ce qu’il gagne en hauteur.

 

 

 

L’immodestie est un excès de sel qui rend la soupe imbuvable.

 

 

 

Poêtre ou ne pas poêtre … Si la question était là !

 

 

 

Se lever dépité et devant son bol de café se trouver une raison d’exister…

 

 

                        Vivre de petits riens en attendant le grand.

 

 

                        Cette ode aux rats d’un rat des chants fou d’opéra

Rasa plus d’un rat des villes, vil et rabat-joie.

Qu’importe, souris rat que la musique envoûta,

Il en va des hommes comme des rats, et cætera…

 

 

                       La nuit m’écrit, le jour m’efface.

 

 

Le temps est vacant, glissant, soluble dans la mémoire, moins aisé à mesurer que ne le prétendent les horloges.

 

 

Bleu à l’âme, glaçon de lune sur le cœur…

 

 

Mon enfance… j’avais faim mais moins que le temps qui s’est régalé des reliefs de mon existence.

 

 

Nécessité d’une  présence pour livrer sa solitude à la jubilation. Cette présence qui remue, invite, ce besoin d’aller, de se hisser a contrario de la chute.

 

 

Parfois l’enfer c’est l’autre en nous.

 

 

J’ai bien vu mon aveuglement.

 

 

On ne guérit pas du vertige d’exister, on s’en distrait seulement.

 

 

Qu’est-ce que le néant ? … sur tout un mot vide.

 

 

Le problème avec Dieu, c’est que sa nécessité n’implique pas son existence.

 

 

Si Dieu recouvre toute possibilité d’action, si Dieu est derrière toute loi physique, si toute transformation du monde insinue une volonté divine, s’il n’y a de bien que par expiation du mal, alors comment Dieu dans sa totalité pourrait être réduit à ce monolithe de justice et de bonté, au pied duquel – en outre – il faudrait se prosterner pour être gracié ad vitam aeternam ?

 

 

 

Il y a trois catégories d’individus : les malheureux, ceux qui font semblant d’être heureux et les imbéciles.

 

 

Nous sommes mortels, un poids c’est tout !

 

 

Incapable d’écrire sur mais autour.

 

 

Poésie : exuvie de la phrase.

 

 

Si d’autres l’ont dit, pourquoi est-ce à ce point nécessaire pour toi de le dire autrement ?

 

 

Le mort à venir s’étonne tous les jours du vivant avenu.

 

 

Vivre sur un point d’orgue entre néant et néantisation.

 

 

Vient le temps où les grands disparus ont cessé d’être morts.

 

 

Je connais des morts qui ne font pas leur âge.

Je connais des morts restés jeunes.

 

 

Toutes ces brèves de poésie la nuit, comme rosée qui s’évapore au réveil. (Dixit Jules Renard)

 

 

La valse hésitation des mots irrésolus.

 

 

Tu écris pour rencontrer celui qui en toi doute, se déjuge, pour rallier ce taiseux toujours à l’affût de tes impostures.

 

 

 

Est-ce que cela durera ?... Comme si cela pouvait durer ! Le temps lui-même a une fin et la vie est passagère. Mais ce qui est aura été. Le bonheur s’il se peut est sans doute dans l’oubli de l’avenir.

 

 

Chaque chose recèle autant de vérités cachées qu’il y a d’yeux pour les révéler.

 

 

Le mal d’une vie unique, limitée, sans comparaison, incompréhensible…et l’avenir comme une promesse jamais tenue d’en guérir.

 

 

JACQUES ROLLAND

 

 

Jacques ROLLAND est né en 1952. Il vit à Villeurbanne où il a exercé le métier d’éducateur de rue. De nombreux poèmes ont été publiés sous son nom ces dernières années dans diverses revues (papier, en ligne) : Francopolis, Ecrits…Vains, Pleutil, La page Blanche, Comme en Poésie, Les Cahiers de Poésie, Le Capital des Mots, Les Tas de Mots… et anthologies : « Poètes face à la vie »( Éditions de l’Athanor) «Du Souffle sous la Plume » n°2, n°3, n°5, n°7 ("Les Joueurs d'Astres" Éditions), « Visages de Poésie » (Jacques Basse - Anthologie n°5 - ÉditionsRafael de Surtis)

 

http://www.rezobook.com/auteurs/jacques-rolland

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents