Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - ISABELLE LELOUCH

Publié par ERIC DUBOIS sur 20 Octobre 2011, 16:21pm

Catégories : #poèmes

Origines

 

Là sur la grève noire

Un soir intemporel

Se glisse

 

Et glace jusqu’au sang

La lymphe de l’eau

Où baigne un très vieux seau

 

Et sur le métier des mots

Tissage serré

Epuisé

D’un accord barbare

 

Que seul reconnaît

Et peut promouvoir

L’ombre

Effilochée des espoirs

 

Je n’ai rien trouvé

Le va et vient du temps

Sa raison

S’échappent illusoires

 

J’en appelle aux saisons

Aux profondeurs de l’hiver

Au nord

Pour retrouver le sens

Des vents

Le grand mouvement

Des mers

 

J’en appelle aux sourires du rêve

Aux réveils clairs

Mangeur de cils

Papillons

 

Sur l’âtre

Aux brasiers de ma chair.

 

 

 

 

 

 

****

 

 

 Anne Frank,

 

Par ici pas d’ailleurs

 

 

Va viens petite fille

Dans nos bras vides

Les gens tremblent

Comme des maisons

Bombardées

 

Tu ne seras plus dans le lit

De ta mère

Seulement dans la travée de tes aïeux

 

Tu seras pleine de ta tombe

De coquille de lierre

Lézardant ta bouche heureuse

De captive

A prunelles

De pierres

 

Ta vie sera

Chimère pacotille

Ou grande bataille serrée

 

Tu verseras tes larmes

Dans de grands bocaux de sang très liquide

Et très frais

 

Tu boiras tes entrailles

Par l’amour

Par la peur

Ou le dénuement

 

Qui te rendront plus frêle

Et plus rendue à toi-même

Que ne le firent

La foudre de tes pas hésitants

 

Plus sûrs que l’orage

Quand l’été est trop fier

Tes deux pieds de verre

Serreront d’acier

Tes poignets entravés

 

 

 

 

Partout flotte

Le bonheur

Comme une odeur

Un vaste paysage tu fuiras

Toutes ses probabilités

 

Tu parcourras

Tout terrain propice

 

Les frissons sur la peau

 

Telle sera

Ta course

Petite fille

 

Tel sera

Ton silence

Le désert de ta présence

Ensablée

 

Et lorsque le livre sera caressé

Plus qu’achevé

Tu partiras d’un long

Ecrit

Sans cris

 

Les poumons trop

Pleins

 

Réfléchissant

Les étoiles.

 

 

 

 

******

 

 

 

Mixte

 

Son seul prénom

Son identité

 

Etrange

Ou familière

Où se trouver ?

 

Ennemie ou amie

Proche ou lointaine

Critique ou bienveillante

Exclue ou admise ?

Mixte

 

Origines

La différence c’est la moitié

 

Deux pôles

Dans le même habitat

Mixte jouxte et se détache

Chassé croisé

 

Mixte es-tu ouverte ou fermée 

Fille ou fiancée ?

Joue l’écart

La distance

Mixte

N’est dupe d’aucun code les neutralise

 

Mixte va à l’homme déshabillée

Duelle

Converge

 

Mixte, es-tu pluie ou soleil ?

 

Arc en ciel

 

Mixte perdue retrouvée

 

Détachée atavisme

Loyauté désobéit

Désapprouve

Quitte

S’éloigne …

Mixte

 

 

 

Ne retrouve que l’homme

Défait du rite

Des clivages du temps

Et des certitudes

Prisonnier

 

Mixte

Ne s’est trouvée

Qu’au milieu

D’un nulle part

 

Ni l’une ni l’autre ou les deux

Ensemble

Dépareillée

Brisée

Expérimente

Naître

 

Rien

Ni rassemblée

Ni niée

N’être que soi

 

Mixte.

 

 

 

 

 

 

ISABELLE LELOUCH

 

 

 

 

Isabelle Lelouch est née en 1963 à Limoges (87).

Après le concours général de composition française, études différées.

Animation d’ateliers d’écriture dans diverses structures et associations.

Publications en revues de Poésie : Voix d’Encre, Poésie Première, Multiples, L’Arbre, Chemins de traverse…

Roman, fragments, poèmes, théâtre, nouvelles non encore publiés.

Depuis 2007, cursus Master en Art-thérapie à Paris V.

Ses auteurs préférés sont les classiques, les romantiques, et les poètes de l’incandescence : Flaubert, Balzac, Hugo, Mallarmé, Baudelaire, Artaud, Borges, Zweig, Woolf, Eluard, Dickinson, Char…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stéphane 04/11/2014 10:47

je vois que le fil rouge est toujours le même après toutes ces années .
clin d' œil amical .
Stéphane

gargia massimo 20/10/2012 13:05


Bravo pour ces poesies qui n'ont rien a envier aux auteurs connus et reconnus,j'aimerai faire votre connaissançe moi mème malgré mon style de vie suis feru de belles poesies!!!


Cordialement


Massimo Gargia


 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents