Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS- ISABELLE GROSSE

Publié par ERIC DUBOIS sur 16 Août 2012, 08:00am

Catégories : #poèmes

 

 

 

1

 

 

dans le fenil d'Emile

il y a Gladys

la belle Gladys

             qui glapit de plaisir

             avec un autre

             un autre un autre

 

dans les allées du jardin

il y a Gladys

la belle Gladys

             qui court

            à toute volée à perdre haleine

             à perdre la raison à tout

          perdre       échevelée

             à demie nue

Gladys toute      affolée

 

derrière Gladys la belle Gladys

il y a Emile

             qui hurle éructe

             vocifère à s'époumoner

             qu'il va la tuer

              je vais te tuer

Emile brandissant sa fourche

Emile derrière Gladys sa belle

Gladys          je vais te tuer

 

 

 

2

 

 

n'avoir soudain plus rien à se dire

et l'avoir toujours su

 

 

peut-on tout écrire comme

on peut tout dire

 

 

la beauté des émois de ceux qui savent

 

 

je veux seigneur

savoir si vous aimez

 

 

juste après

plus rien

 

 

ardant mystère de la pensée magique

 

 

mille morceaux d'une histoire

noyés dans un océan profond

 

 

ne sens tu pas venir son amour au

grand galop ne l'entends tu pas

gronder rugir et se débattre pour

éclater au grand jour       nouveau

 

 

 

 

3

 

 

aveugle aveuglée

la toute petite ombre du phare

si loin le vent salé

du sable sur sa peau

des mots ruisselants de soleil et d'iode

pour ne pas oublier        rien

 

 

perdrougagner

ce qui insiste

ce qui fatigue

ce qui demeure

ce qui travaille

ce qui gangrène

ce qui pourri pèse

 

 

seule une princesse peut croire

qu'elle peut échapper à la colère

 

 

le goût du savon dans la bouche

l'odeur du sang sur les doigts

 

 

n'avoir soudain plus rien à se dire

du tout

plus rien à dire

rien

 

 

 

 

 

4

 

 

juste l'air fendu net par le vol piqué

plongé en rase motte au dessus de

ma tête jusqu'au nid engouffrée là-

haut disparue bien cachée dans un

trou du vieux mur de la cour de

l'école

 

silence soudain

conversation suspendue

 

hirondelle ou pipistrelle ?

 

 

 

 

 

 

 

 

ISABELLE GROSSE

 

 

 

 

Plus d'infos sur : http://www.m-e-l.fr/Isabelle%20Grosse,494

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents