Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS -FRANÇOISE COULMIN

Publié par ERIC DUBOIS sur 14 Mars 2011, 14:09pm

Catégories : #poèmes

RÉSISTER

 

Garder en soi un fond de gaîté

(Louis René des Forêts)

 

 

 

Les jours tristes de nouvelles effarantes

quand il n’y a plus rien à faire

jour de faillite

précipitation

qui va tout fracasser

 

Conflit inéluctable

exil

mort-famine

mort-sida

abandon

mort-violence

 

Le rire comme seule issue au drame

 

 

 

Pourquoi des salopards

meurent-ils tranquillement dans leur lit

quand des gens simples et bons

subissent des agonies imméritées ?

 

 

Le plus décisif serait

de supprimer

les porteurs

de mauvaises nouvelles

 

 

 

 02/2011

 

 

***

 

OSER VIEILLIR

 

Le temps est passé

ni doux ni accablant

beauté timide

 

Du temps il reste et qu’en faire

à vos côtés – si lumineux

sèves précieuses

 

Déjà vos soifs, vos mots

nous préoccupent

et nous distancent

 

Des gouffres de savoirs

qui ne sont plus les nôtres

en chiper quelques bribes

 

mais sitôt

vous dictez

d’autres génialités

 

Des illusions

ne plus en perdre

savoir savoir quelles couleuvres

 

quel crachats

déguisés ou si peu

quels vieux démons ne pourrons vaincre

 

Près de vous

maintenant nous si lentes

vieillir étrangères à nous-mêmes

 

Oser vieillir sans fard.

 

 

 

 

***

 

DE LA MODE

 

Des fesses, un ventre

jusqu’aux yeux.

Si seins si cul

 

Superbes

iciofferts au monde

mais qu’ailleurs

 

on relègue.

Mur de tissu

opaque lourd ou léger.

 

Non

jamais transparent

à quiconque rôdeur.

 

Tissu refuge.

Tissu prison.

Un bien à convoiter.

 

Ici,ailleurs, propriétés privées

 

 

 

FRANÇOISE COULMIN

 

 

 

Françoise COULMIN, 1941, vit en Normandie. « Sa poésie se heurte aux temps inexorables du quotidien et du géologique où se déploie l'humanité entière. Elle s'en échappe par la dérision, l’indignation et la tendresse, la quête d'une totalité solidaire où les mots affirment tout à la fois la désespérance et la volonté. » Figure dans plus de 20 anthologies, en revues (en ligne et papier (France et étranger). Derniers recueils (Le Temps des Cerises) : Tous les hommes sont des poètes, (2002), Le monde saigne devant toi, (2005, coédition Les Écrits des Forges, QC). À paraître : Pendant qu’il est encore temps, (Le Temps des Cerises, 2011), Quelques méchancetés moins une, (L’Harmattan, 2011). A réuni 2 anthologies : Et si le rouge n’existait pas et Nous la multitude, (Le Temps des Cerises).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

racbouni 21/03/2011 19:48



le premier poème résister touche assez juste, surtout ces derniers vers


de la belle ouvrage



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents