Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un si long hiver

 

l'hiver patiemment désosse la chair du vif

ne laisse que

la nervure pacifiée

 

ne lace que

la fragilité

 

où nous nous retenons

de disparaître totalement,

 

 

par-dessous les saisons

 

 

*

 

 

la mue sera d’une rudesse

de chèvre

le poil sec et

 

cette tendresse qu’on

sent à plein nez

 

près du petit bois

au ru épuisé

de pervenches

 

*

 

on le dira sorti

des lierres

émis

des alanguissements

d’une fêlure

sur gage

 

le trot lent

de l’enfant

hypnotisé de bleu

 

*

 

c’est l’hiver

qui replie ses longs

voiles d’infante

 

ses leurres de fées

qu’aigris

nous

 

balayons d’une aile

 

 

*

 

fait-il soif sous le

gel

les mains raidies supplient

de bouleter le

soleil

 

au moins son

ombre

 

*

 

 

pourtant

partant

d’un fil à linge

l’air

se regarde choir

à la verticale

d’un

trèfle gris

 

 

*

 

crue

d’une floraison de

flaques

 

comme toute bénédiction

pour nos godasses

 

parce qu’autrefois

 

*

 

sur le seuil

morne peine

vive la pie

ses noix

gavées de becs

affamés

 

 

*

on écueille

les rigoles

les avaloirs

ces yeux noirs

d’une terre aveugle

 

puis d’un crachat

nous soustrayons

l’espoir

à nos ténèbres

 

 

*

 

le soir gagne

en mauve

ce qu’il perd

en sollicitude

 

nos rages

tardent

à soigner leurs engelures

 

 

FLORENCE NOËL

 

 

 

Poétesse. Textes en revues. Blogueuse : http://pantarei.hautetfort.com/

 

Revuiste : Diptyque

 

 

http://diptyque.wordpress.com/


 

 

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0