Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS- DAME GABRIELLE

Publié par ERIC DUBOIS sur 5 Avril 2012, 15:30pm

Catégories : #poèmes

Mélodrame français

C’est l’heure de la paye et des points en plus
Un peu heureuse d’avoir un poids en moins.
De quoi manger-bouger à prix discount
Pour ensuite chier sur les lobbies et leur discours.
Repue et reposée, t’as le temps de philosopher
Sur tes refus arrogants sans te faire virer
Et devant un chocolat Nestlé.
Tu boudes ton plaisir par motivation équitable
Pour qu’au pire, ils en fassent un argument rentable.
Dans l’urgence, ils t’embrouillent le cerveau
Tu dépenses mais tu douilles avec le bio.
T’attends la promesse en vain de te sentir héroïque
D’épargner enfin ton frère asthmatique
Avec en l’espèce un bon point, un bonus écologique.
Avec sagesse, tu ne t’étonnes plus mais reste chagrinée
Une fois de plus devant le mélodrame français.
Tu deviens plus raisonnable sous alcool ou stupéfiant
Reviens à des priorités plus passionnables le reste du temps.
Ce bonheur d’être anesthésiée
De n’avoir que la dernière romance élyséenne à te préoccuper.
Jusqu’à ce que ça te rende nerveux et tu réclames un peu de sérieux
Tes copines pour auditoire, tu parles de ça, de tout et du dérisoire.
De toi et ta préférence imbécile pour les peaux foncées, douces et hydratées.
Tout ça en kit main libre, prête et debout pour cuisiner.
A leur tour ça les agace et elles aiment pouvoir se regarder dans une glace.
Pour l’une, c’est assurer avec les dents du petit et manquer d’argent
Le rêve à Paris pour un appart plus grand
Pour l’autre, c’est suivre assidûment l’affaire La Rumeur
Et se remettre avec le temps du tonton tripoteur.
T’es forcément d’accord avec tout ça
Et tu garderas son môme quand elle voudra
Pourvu qu’on les bichonne
Et que ça te rend moins pâlichonne.
Un peu de poudre aux yeux et tu vois rouge les peurs bleues.
Ces couleurs vivent qu’il te plait nécessairement de reproduire
Ou sans effort que tu fixes sur l’écran sans rien applaudir.
Même pas l’héroïque parcours du gangster
Ses putes pour du fric. C’est d’un glamour ! c’est d’enfer !
Tu hésites pourtant à devenir un monstre ordinaire
Et à te suffire de trop d’imaginaire entre bluff éthique et shoot salutaire
T’es au moins sûr que ça ne servira pas de slogan
Mais au mieux d’une bonne blague sur ton blog.
Tes amis avertis que tu ne rêves non pas de rubis mais qui sait !
Pour la bonne cause d’un couplet même R&B avec Bam’s et Casey.

 

 

 

 

****

 

 

Teasing

On a l’âme sportive et la souplesse cognitive
C’est bien vu de s’entretenir chez les trentenaires
Dans l’effort, on soulève les derniers freins plastiques
Motivé par un marketing de croyances fortement élastiques
Pour cible, parmi les plus costauds bon cru, le punk rocker pur jus.
Parce que plus étonné de voir les pipolitiques s’empiffrer
Ses intérêts privés de prestige lui donnent à rêver
D’être invité au festin comme idée de destin.
Reste qu’il lutte contre les bobos, richards, slim et baggy.
Son cau-cauchemar, son combat de repli.
Que d’entrain pour sauver les apparences
Satisfaisant le sentiment d’appartenance.
C’est l’âge renonciateur pour qui s’essouffle dans l’allégresse
Ou étouffe sa peine par politesse.
Le sourire un peu plus désolé et moins vendeur
Devant l’intello courbetturé mais charmeur.
Ce socio-style ravi d’être en cohérence avec son époque
Affiche sa bonhomie et ses références en pack shot.
Ça désamorce tout critique qualifiant de naïvement idéale
Toute antique quête de vérité décidément inconsolable.
Son opinion relaie la tendance
Qu’il n’y a rien de plus vrai que la maîtrise de soi
Et de ses liquidités
Parce que faut bien sauver sa pitance et que le marché fait loi
Déjà de quoi se faire suer à se questionner.
Les esprits s’échauffent
Entre trouver son compte pour ce que ça coûte
Et déprimer de ses doutes sans honte.
Jusqu’à être sûr et sans peine
Devant celle qui fière de pas être une poupée publicitaire ou hautaine
A comme réflexe de culpabilité
De refuser avec le temps de se bonifier.
La chasteté en sponsor de la respectabilité
La réduit à être bonne sœur plutôt que sexuée.
Pour au final, s’enfermer à clé
Dans l’autel des valeurs rajoutées.
Ça fait preuve d’endurance pour préserver son con, sa connerie
Croyant bluffer la concurrence par une confuse retouche d’imagerie.
Et puis, on risque l’entorse
Entre choisir d’avoir des problèmes cardio-fessiers pour crime
Ou souffrir de sècheresse intime.

 

 

 

 

 

DAME GABRIELLE

 

Dame Gabrielle s’égare sur les scènes Slam depuis 2004 et incite les slameurs et sympathisants à faire de même via le site le-slam.org créé avec Félix J. De performances en ateliers en passant par les tournois, elle se plait à travailler avec d’autres artistes, ses préférés. On la retrouve, alors, aux cotés de Dgiz sur scène et sur son album ; de la plasticienne Iglika Christova pour le vernissage de son exposition ‘PouvoART d’achat’ ; ou bien dans la programmation des ‘Filles Squattent le Set’ au  Set de la Butte ; ou encore dans Blah, anthologie du Slam aux éditions Florent Massot/Spoke et dans Au Cœur du Slam : Grand Corps Malade et les nouveaux poètes de Héloïse Guay de Bellissen aux éditions Alphée. L’expérience, les rencontres et l’envie d’aventures qui ne chantent pas l’amour et le  printemps l’ont amenée sur le terrain de l’improvisation et de la musique qu’elle partage particulièrement  avec la chanteuse lyrique Janette et le compositeur Philou Rigal. Le titre ‘Girly’ est là pour nous en  rendre compte. L’occasion, pour elle, également de mettre en image, en clip, sa poésie grâce à  l’équipe de Derniers De La Classe Prod. Bien satisfaite de croiser d’autres univers esthétiques, elle  est ravie de faire partie du projet ‘Txt2’ qui réunit slameurs et dessinateurs sur toile. La même  motivation la pousse à développer l’information autour du Slam en améliorant le site vitrine le- slam.org. Après sa refonte totale, elle entreprend de monter des partenariats pour faire valoir le Slam dans sa diversité, avec le LSF, Welovewords, les Trois Baudets, le Théâtre du Rond Point etc.. Des tentatives l’ont fait regretter sa participation comme pour la SLFF du ministère de la culture et pour le chat en ligne avec Grand Corps Malade, triste illustration de la récupération d’un mouvement artistique que l’on souhaite vider de sa substance subversive. Témoin d’une réalité du Slam toute autre, elle, toujours accompagnée de Félix J, se plait à organiser un 1er évènement autour du Slam à  la Bellevilloise. Ils recommencent l’opération, en mieux, en s’associant au collectif 129H et à la Maison  des Métallos ; et montent les Journées de la Jacte et la Joute. Ça et l’ensemble de son parcours la placent dans une pratique instinctive et la font s‘activer dans le sens qu’elle préfère.


Clip Girly sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=ifvA_3Tvdtw&context=C4f0ca2dADvjVQa1PpcFNzOBUVBPjzRSBFOSSDPLzaA1IpSZX6g6c=

 

Tous les textes : http://www.welovewords.com/dame-gabrielle
  

 

 

http://www.le-slam.org



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gmc 16/04/2012 20:14


poésie victimiste?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents