Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

(Fragments extraits du recueil -inédit-

L’écriture, la mère, tendre vers elles sans atteindre jamais : 117Asymptotes

 

 

L’écriture

Ça passe pas avant les gens

Ça passe pas après

Ca passe pendant les gens

 

*

 

le poids d’une pierre

- dorée -

dans le paysage continué

répandait une marée de veines

clandestines

en nos textes

la présence de leurs mains anxieuses

ouvrir la porte des courbatures

qui nous séparaient

d’elles

nos mères

 

*

 

les bruits de la mère la fille entend

le cœur de la soupe tu passes

les mains des choux-fleurs tu repasses

je mange du soleil mais tu ne l’as pas dit

tu n’as pu l’être je te le promets

 

*

 

/ le verbe mère / les espaces de la mère / doucement avec la mère / la mère verticale / miroir de la mère / la rose des mères / la mère n’est-ce pas / poèmes de mères / l’écho de la mère / contrepoint de la mère / et je dis mère / la mère sans demande / la mère de l’os parle / dans le temps de la mère / l’élégance de la mère / la mort de la reine mère / double mère / la mère sauvage / la chambre des mères / la belle mère / la mère ou les jours de lumière / ayez pitié du cœur des mères / une mère qui ne disait rien / rires de mères entre deux pluies / mère n’es-tu pas pré-texte à une écriture /

 

*

Les mots sont une terre

et pendant le chemin

un pas de plus et

je pourrai tomber

c’est sûr

d’où l’on ne remonte pas

puisque la terre est plate

et qu'il y a un bout à toute chose

une parole peut-être

 

*

 

écrire – c’est quand cela vient du fait c’est parce qu’on aime – écrire pour c’est la visée  aller vers aimer – en amont en aval pourquoi pour quoi – écrire être serré coincé dans un étau –

 

*

 

 

Les jambes alanguies comme le fleuve

sur son socle de verre

via le bois

voulait-elle ne pas mourir

encore

contre son visage relevé

La femme qui vivait

la sage vie impossible à dire

Qu’avait-t-elle à dire

à ton avis

 

*

 

 

L’écriture

La mère

Phénomènes corpusculaires ou ondulatoire 

Est-il possible d’entrevoir la lumière 

 

 

 

 

(extraits du recueil Mes nuits au lieu(x) d'être,

Encres vives, collection lieu, juillet 2011

 

[ Nuit 1,

 

en des écumes de nuit

les rêves sans poèmes ou bien

 

la fontaine silencieuse

les histoires où les preuves sont inexistence

 

l’impossibilité d’une altérité de jade

le vert d’une mousse

que le jour

réincarnerait

[ Nuit 5,

 

aux portes des mers

 

le développement si illimité

 

sous le long flux essentiel

creuse le tombeau humide

tant les plages autour des îles secouées

têtes gonflées là où elles se noient

belles de nuits de houle

très à côté des amours

 

 

 

 

 

[ Nuit 6,

 

le temps qui repasse

et ses peaux longent mon dos

 

contre la baie vitrée

céphalée sous mes cheveux

 

les formes de la vie bientôt à modéliser

à l’abri des paupières de nos enfants

 

alors que l’asymptote des tâtonnements

 

 

 

 

 

 

 

[ Nuit 8,

 

 

lorsque je suis devenue la nuit

 

j’arracherai les poils de ton dos

de l’enroulement de notre vie

 

les fixerai précisément

au bout de tes doigts

 

je ne peux souffrir de toi

je ne peux souffrir

de tout

vivante

 

 

 

[ Nuit 10,

 

Etendue dans l’herbe de la lune

 

 

à l’ombre de mes yeux

 

me souviendrai-je des

heuristiques tièdes 

et des cœurs suintant

 

peu à peu quelque chose entre

les couchants 

 

 

 

 

 

 

 

[Nuit 11,

 

la femme sait la perspective en marche

où les dénis sont vivaces

 

arrache son oreiller en rouleaux de mémoires

le renversement théorique

la femme sait encore

que le temps marche

dans la foule

que la nuit ne laisse pas ses enfants

partir

 

 

 

CORINNE LE LEPVRIER

 

 

 

Corinne Le Lepvrier

 

Née à Brest en 1964, ingénieure pédagogue, maitrise en Sciences de l'Education et Master. Interpelée tout autant par les sciences "dures" que "molles", j'écris. Après une quinzaine d'années à exercer différents métiers dans le champ de la formation des adultes, une publication en 2002 aux éditions l’Harmattan, La recherche : un voyage, ou partir et revenir, in : Se former par le recherche en alternance. Puis l'ajournement d'une thèse sur la transversalité des savoirs. En 2008 je fonde l'association Matière à Mots. Aujourd'hui à St Nazaire, je dédie une part de ma vie à décliner l’acte sensible et confrontant d’écrire. Intervenante en milieux scolaires et culturels, j'anime des ateliers d’écriture.

Un recueil de poésies, Mes nuits au lieu(x) d’être, aux éditions Encres vives, juillet 2011.

En 2011, des parutions en revues, N4728, 7 à dire, Verso, Comme en poésie... Revues en ligne Terre à Ciel, Soc et Foc, Francopolis.

Des chantiers d'écriture et de publication en cours.

Blog  http://corinnelelepvrier.hautetfort.com

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0