Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

Arrimer en pays d'automne

 

 

 

Accrocher un verbe bleu aux phrases du vent

Ce pointillé de brise qui pétille

Rouge bruisse un feu de sumac

Un jardin de soleils aux rires égrainés

Des anneaux chevillés

A l'âme

D'un éboulis contenu

Arrimer en pays d'automne

Mémoire estampillée

Comme un sticker collé au front des vitres

Faire le plein de Nous

Pour jamais ce manque de ciel

 

***

 

J'aimerais être sable

 

 

Ce hier déjà

Cet hiver escarpé que tu habites encore

Comme on habite un naufrage

J'aimerais être sable

Y fourmilleraient tes fissures secrètes

Tes petites peines lourdes

Tes pensées râpeuses

J'aimerais être sable

Le buvard absorbant de ton silence

Et comme évaporées dessous les vagues

Dessous leurs langues

S'effaceraient tous les écueils

Tous ces pas qui te crochent-pattes

J'aimerais être sable

Jusqu'à rendre illisible

La trace des soleils noirs

Demain serait rivage

Apaisé

Linéaire

 

 

 

 

 

***

 

L'échappée cohérente (ou presque)

 

 

 

 

 

C'est à ça que ressemble l'eau dont nous avions soif

Serpents de moire/mirages

sur le goudron crevé

chaleur trouble de l'air

Tornades sèches

aux spirales de sable, de feuilles

de papiers gras

 

Une porte mal fermée

mal ouverte, je ne sais pas  ?

Et s'engouffre la nuit

et avec elle, le froid

la braise vive des pierres

nos pas blessés

 

Une ombre amalgamée à tous mes faits et gestes

un regard collé à la serrure des mots

Ça fait comme un écho gercé

aux lèvres

 

Alors taire  ?

 

 

COLETTE DAVILES-ESTINÈS

 

 

Naissance au Vietnam, enfance en Afrique. Anciennement paysanne, aujourd'hui citadine.

Elle puise son inspiration dans un sentiment de perpétuel exil.

Quelques textes publiés à La Barbacane, LE CAPITAL DES MOTS et La Cause Littéraire

 

Tag(s) : #poèmes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :