Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - CHLOÉ GALLAND

Publié par ERIC DUBOIS sur 7 Mars 2013, 19:11pm

Catégories : #poèmes

 

J'aimerais

 

J'aimerais voir ces chemins

J'aimerais comprendre toutes les routes,

les sentiers rocailleux et tant d'autres

J'aimerais aimer le doute

et ne pas avoir peur de me salir les mains

J'aimerais avoir cette vision qui est vôtre.

J'aimerais avoir la force de lutter

contre mes faux dons de nouveau-né
Et prendre ce qui s'offre contre vents et marées

et tout contre la paume de l'arbre solitaire

et tout contre le cœur de l'amant solidaire

Eclore comme une brisure sur des lèvres gercées

 

 

 

***

 

 

 

 

Ca me fouette le visage

Ca hérisse mes cheveux

Ca me fouette la voix

Pour ne pas me faire parler

Ca obstrue mes pores aussi

Pour ne pas les faire jaillir

Ces couleurs au-delà des ombres

Ca broie certains de mes membres

Et me laisse l'envie de suffoquer

Je ne me débattrais pas

Alors ne me le dis pas.

Ne me dis pas qu'il est temps de grandir

Et d'oublier

Une enfance et le fait d'être née

- Comme par mégarde -

Alors, ne me le dis pas,

Je n'ai pas envie de courir

Je n'ai plus envie de fuir

Et ça me broie certains de mes membres

Ca atténue la chanson

de la plaisanterie

D'être là et pas ailleurs

Ca me fouette le coeur,

au bord de la nausée,

Pour avoir respiré

Un peu trop de décombres

Poussière verdâtre qui s'encombre

De petits restes de "toi"

 

 

***

 

 

Parce que je...

 

Sentir en soi la déchirure

Sans pouvoir rien y changer

Sentir en soi cette salissure

De n'avoir rien fait

Le méfait s'est enraciné

et a créé un Monstre et une Princesse

Mauvais plaisir inachevé

On reste sur ce non-décidé

Sentir en soi une émotion

A peine voilée

Sentir en soi un sentiment

Que l'on ne peut prononcer

Qui veut savoir où est la clé du coeur

et le désarmer?

On s'appelle Personne

et On meurt d'avance

En regardant ce qu'il reste à parcourir

Ce n'est pas qu'une évidence

Quand on trouve de quoi se recouvrir

On meurt d'avance à la face des "toi"

Irrémédiables autres que l'on cherchera

Pour savoir si c'est grave ou pas

Pour savoir si on est vraiment personne...

Le jeu du masque ne s'arrête pas

On se convainc que l'on est rien

On se convainc qu'on trouvera

Enfin ce "toi à moi"

Mais on est toujours plus âgée alors on sait d'avance

Qu'on mourra seule, sans récompense

Pour avoir souvent tue le vrai

Pour avoir souvent voulu s'achever

Sans y parvenir.

 

 

 

 

 

 

 

CHLOÉ GALLAND

 

Elle se présente :

 

 

Je m'appelle Chloé Galland et suis étudiante en première année de Master à l'Institut Universitaire Professionnalisé d'Arles (13) en Parcours Administration des Institutions Culturelles. J'ai 25 ans et je suis née à Martigues (13). J'écris des poèmes depuis l'âge de 15 ans et je travaille sur un roman depuis plusieurs années. Mes influences sont littéraires et sont autant Baudelaire que Rimbaud, ainsi que Joë Bousquet. Sinon, en-dehors de la poésie, j'aime lire de la fantasy et du fantastique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents