Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - CHARLES DOBZYNSKI

Publié par ERIC DUBOIS sur 18 Décembre 2011, 21:30pm

Catégories : #poèmes

 

H O R S - L I E U

 

à Jacques Clauzel

 


 

I.

 

Le haut du chemin

                                                 toujours échappe

                                                 à qui achoppe

En quête

                       des croisements

Les questions nous sont posées

                     à retardement

                     comme des mines

Nous ne naissons

                            que peu à peu

de nos branches brisées     perdues

                                                 nous ne vivons

que morcelés      par fragments

                      en attente

d’une improbable mosaïque.

 

 

I I.

 

 

Sois hors

                       hors Dieu       hors-lieu

                       halant ta grille

hélant ta limite

                      et la limant

                                                   sans relâche

hors ce qui résonne

                     dans l’accroissement

où rien répond

                                     et se répète

                                                dans l’âcre dépôt

de la parole alluvionnaire

       et sur toi de plus en plus lourd

                                      tout le noir

                                                                 replié

comme une aile

    à perte de vue

         en souffrance..

 

 

I I I .

 

Plus raide

                        la pente

Plus corde

                        la langue

Plus exiguë

                         l’errance

Les mots cendre et neige

                        fondus    renoués

La congère des souvenirs

                     dans ta bouche

                         le passé

                           ne remonte

                             que par blessures.

 

 

I V.

 

Le vent des garrigues

               se reconnaît

                  dans le sel

Toi sans étendue

                            ni durée céleste

Surface oublieuse

                             du bord et du fond

Sans recouvrement

                                 de terre ni de dette

Creuse         creuse

                                    l’ultime tunnel

                                      le jour ne s’arrache

                                        qu’à coups d’hélice

 

 

 

 

 

 

 

V .

 

 

Ton legs        ton lit

                                   ta langue

L’éparpillement sacré

                                 des choses

comme

                   une semaille d’alphabets

                                       hérissés d’épines

Nul ne s’enfuit

                                      nul ne traverse

Vivre étire sa tresse

                                       jusqu’au dernier fil

Un désert sous chaque paupière

                                     attise

                                                     sa rose.

 

V I.

 

L’avance         la dure étape

                   dos à dos

                                     coudes broyés

Siffle la foudre

                                     à tête de vipère

Dans les murs

                                      dans les recoins

Incrusté à perpétuité

                                         passeur de poussière

et le temps sur toi

                                vêtement usagé

                                 mauvais présage

                                     rapiécé.

 

 

V I I .

 

 

Dominos inversés

                                               Dieux exclus

Des regards-gants

                                               privés de mains

Ce qui fut si lourd au-dedans

        s’est vidé

            dans le sable et l’absence

Il reste

                 quelques touches du clavier

                     entre le blanc et le noir

                        pour l’invisible

                          hors-jeu.

 

 

 

V I I I .

 

 

Parfois le soir

                              sort de ses hardes

                                                              et crie

Parfois le bois noir

                   de la souffrance

                                                           craque

Un tissu d’on ne sait où

                                                      se déchire

Le corps délité

                                     accommode ses restes

                                    réajuste ses gestes

Les membres ne sont plus que méandres

                                                          du labyrinthe

Même le sang qui s’éternise

                                   se ternit

                                                       sous son masque.

 

 

I X .

 

 

Aiguille du pourquoi

                toi qui piques      et recouds

                                                         opiniâtre

Peu à peu ce qui s’effrange

                                   ce qui s’étrange

Le désespoir met un pendule

                                   au temps mort

Le tambour du sens

                                   bat le rappel

Déplacements        déplissements

Les mères

                          n’ont plus de lait

                               pour les heures

Et les apôtres plus de mots

                                      pour dire

                                            ce qui viendra

 

X .

 

L’ébloui se déploie

                                        dans l’aveugle

Une extrémité de racine

           soûle de nuit

              palpe le soleil

                      à rebrousse-corps

                        à retrousse-nerfs

Tu reviens

                            au commencement

Inexpliqué par la fin

Il se peut que seuls en toi

                          le gouffre

                              le hors-lieu

la surrection de l’inconnu

                         assument ton avènement

                            l’amplitude de ta marée

                                       lumière.

 

 

 

 

CHARLES DOBZYNSKI 

 

 

CHARLES DOBZYNSKI, journaliste, poète, traducteur. Chroniqueur de poésie et

co-rédacteur en chef de la revue Europe.  Près de 50 titres – poésie et prose – à son actif.

Les derniers en date : J’ai failli la perdre ( Editions de la Différence ).

   Le four à brûler le réel (essai),  Je est Un juif, roman ( poésie) et Le Bal des baleines et autres fictions

( Editions Orizons ).  La mort à vif  ( Editions Lamourier). Prix Goncourt de la poésie en 2005

pour l’ensemble de son  œuvre.

 

Le blog de Charles Dobzynski : http://poe.aujour.com.over-blog.com/

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Dobzynski

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents