Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS- CHARLES DOBZYNSKI

Publié par ERIC DUBOIS sur 3 Mars 2012, 18:21pm

Catégories : #poèmes

« Corps aimé »



    La bouche

 

Bouche auréole

Bouche nativité

Lever d’ancre du corps

Pour son long voyage

Avec la langue

Rose ouverte livre ouvert

Margelle légère

Pour la vie

Tisserande du désir

Bouche de suc et de corde

Premier maillon de l’échelle

De tous les séismes

Un tressaillement de blessure

Tout s’allume et tout recommence

 

***

      La peau

 

Nous sommes des ampoules

De verre et d’eau

Qui s’allument et s’éteignent

Captifs de la peau

De notre enfance

La peau s’étire vers la mer

Sans la rejoindre

La peau tatouage intérieur

Des vieux songes

Mal écrits mal ficelés

Mais toi dans la sphère

De ta peau

Tu es l’œil plus vaste

D’une seconde vue.



 ***

    Les seins

 

Les seins tes ponts

Se sont levés

Pont-levis ponts de vie

Arches en mouvement

Des captations

De l’hyper-sensible

De la présence quotidienne

Celle qui préserve

L’érogène du jour

Arcs du désir

Cratères des couleurs

En éruption simultanée.

 

***

    Le pied

 

Qu’est-ce qu’un pied ?

Le cep de chair

D’os et de sang

De la vigne du corps

Trésorier de la grappe

Des orteils

De la nacre des ongles

Ordonnateur de tous les pas

Perdus

Et en attente

Des vagabondages

Du piétinement

Des parcours vers l’origine

Un cep qui marque son empreinte

Sur la terre

Et la fructifie

Un pied pris à pleine main

Change ma paume

En raisin dont le suc

Provient de l’aube naissante.





 ***

     La nuque

 

Il existe un nid

Dans le corps

Pour tous les oiseaux migrateurs

Les plumages renouvelés

Les caresses clochardes

Les doigts en quête de leur source

Sa douceur est si vaste

Qu’elle est une aube

Tenue dans le filet

De la nuque.





 ***

     Le nez

 

Par l’olfactif

Le subjectif

Ton nez relie

Ton corps avec le fin fond

Du réel recevable

Je le caresse

Comme s’il surgissait

Des strates de la nuit

Fragile et tendre tubercule

Afin d’inhaler avec toi

De chaque jour

Sa force

Odorante  adorante

Sa rémanence inextinguible.



***

 

     Le ventre

 

La terre inventa la montagne

Surplomb de la vie à venir

Et la vallée

Essentielle du ventre

A sillonner du nord au sud

Pour s’imprégner d’où l’on vient

Avec son œil central

Ses déclivités nonchalantes

L’oreille de sa rondeur

Son herbe cachée sous la robe

Son buisson d’énigme

Où s’imbriquent

Le frénétique et l’abyssal

Blessure sanglante de la chute

Et de la résurrection…

 

Extraits de «  Déchantements »



CHARLES DOBZYNSKI



 

CHARLES DOBZYNSKI, journaliste, poète, traducteur. Chroniqueur de poésie et

co-rédacteur en chef de la revue Europe.  Près de 50 titres – poésie et prose – à son

actif.

Les derniers en date : J’ai failli la perdre ( Editions de la Différence ).

Le four à brûler le réel (essai),  Je est Un juif, roman ( poésie) et Le Bal des baleines et

autres fictions

( Editions Orizons ).  La mort à vif  ( Editions Lamourier).

 

Prix Goncourt de la poésie en 2005 pour l’ensemble de son  œuvre.

 

Le blog de Charles Dobzynski : http://poe.aujour.com.over-blog.com/

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Dobzynski

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents