Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS- CHANTAL BOIVENT

Publié par ERIC DUBOIS sur 13 Août 2013, 06:52am

Catégories : #poèmes

 

Pour toi Eric...le texte en question...en souvenir du bon vieux temps..

 

 

 


 

Nous étions. Là.

Les bras ballants le long de nos grands corps maigres.

Buses flanquées, là, sur le poteau, à fleur de ciel.

Surveillant la tourterelle.

Nous étions là. Noyés de toutes les larmes, brûlés de tous les feux.

Portés par une lame dont seuls les plus savants d'entre nous connaissaient, peut-être, l'origine et le but.

Nous étions. Là.

Quelque fois l'un de nous se levait pour faire son saut de l'ange.

Alors nous hurlions après le silence.

Il se levait, doucement, et de ses écorchures suintaient les blessures à naître.

Nous hurlions plus fort encore puis il se rasseyait, tranquille,

Les bras ballants le long de son grand corps maigre. Haletant encore d'une mort pourtant acceptée, recherchée, attendue.

Haletant du désir assouvie, la vie vacillant jusque dans le tremblement des mains, le tremblement des seins, le tremblement des siens.

Nous le regardions. Buses écartelées de la mort à venir, tripes à l'air, ruisselants de peur et d'envie. Nous aussi, nous aussi. Alors un autre se levait, respirant le beau monde, la bouche pleine de salive et de venin mêlés; un autre se levait cherchant des yeux la tourterelle à abattre; un autre se levait cherchant l'hirondelle privée de printemps, sans retour possible. Nevermore. L'amour battant ses flancs comme une ignorance de lendemain à naître. L'amour battant ses flancs comme une envie de vie à repaître. L'amour battant ses flancs maigres comme la source bat le pied de la montagne. Fraîche et violente pourtant.

Il allait. Là. Ecumant sa rage et sa colère, sa douceur s'exhalant en fétides déraisons. L'âme cherchant le corps, l'incarnation possible. Ses dents s'entrechoquant, cherchant un cœur à mordre, une vie à espérer, une échéance à venir. Le saut de l'ange.

Nous étions là. Trempés d'une pluie d'après le chaos. Trempés d'une pluie d'avant la guerre. Mâchant le mot comme on mâche et qu'on remâche l'air lorsque la vie est lourde et que le ventre est gourd.

 

 

 

 

 

 

 


CHANTAL BOIVENT

 

 

Elle se présente :

 

 

Biographie : Née en 1967 en Bretagne, je me fais connaître dans les années 2000 notamment grâce à un passage par le slam qui me fait accéder à un public d'initiés de plus en plus large en raison du succès de cette discipline. Je caresse un projet d'édition d'un recueil en auto-édition depuis plusieurs années. On peut, en attendant, me retrouver sur mon site www.chantalboivent.com ou écouter ou télécharger un poème à écouter sur le site http://www.reverbnation.com/chantalboivent.

 


Ce texte ainsi que ceux  publiés dans Le capital des mots font partie d'un ensemble plus vaste que je projette de publier en auto-édition dès que ce sera possible...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents