Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°17- Mai 2009- Ghyslaine Leloup-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 31 Mars 2009, 23:03pm

Catégories : #poèmes

 

*************


Le monde et ses certitudes circonstancielles

Il faut savoir…

Nous avons le devoir de…

Vous vous souviendrez que…


Ton dur rapport au plaisir face à ce qui souffre


Jouissance de la plante sur le bois ciré

Un chat paisible dans sa planque de soleil

Une danse barbare à l’abri des regards


Ô ces petits bonheurs arrachés en lousdé


Tu as ôté lentement tes gants bienséants

Hésitation d’encre sur le papier ligné

Le corps du stylo son fourreau de bakélite


Particules de plaisir la mort n’est pas noble


Ce monde obscène et ses tranquilles certitudes


Le sens de l’histoire…

La condition humaine…

« des divans profonds comme des tombeaux »…


Le naufrage donc sans espoir de radeau

Ah oui couler leur dignité létale

Dans nos inconscients qui voudraient vivre toujours


Bâillonner le désir d’éternité


Ô chaloupe des hanches musique chavirante


À la une cette femme sans visage

La foule contemple sa propre peur

Dans des miroirs de papier recyclé


Monde obscène où l’on mourrait comme on paye


Deux bouquets de narcisses t’offrent leur printemps

Leur exil des collines la grande poussée de sève

Leur jeune vie jaune pâle aux cœurs flamboyants


Ô cœurs flamboyants


La nuit se lève


Tout vous fait mal

Y compris la lune et son éclat de vierge

Miroirs trop aliénés

Pour réfléchir les rides du monde

Et ce que sait votre visage


Vous l'aviez invité à bien d'autres banquets

Il avait puisé dans votre bouche

Les mots qui étonnent la salive qui apaise

Paroles de sueur dans la transcription des mains

Vous aviez partagé le silence

Ce lit sans draps où se cacher


Balustrade des paroles chassées du plein soleil


La nuit se penche

En son corps s’exilent vos désirs apatrides



GHYSLAINE LELOUP




Née le 1er février 1956. Enfance en Normandie près d’Omaha Beach. Vit et travaille à Paris. Études de littérature à Paris III-Sorbonne Nouvelle (Littérature Française et Comparée). Travaille depuis 1983 dans le milieu artistique et culturel (actuellement secrétaire générale d’un centre culturel). Engagée dans le tissu associatif, elle est aussi rédactrice dans une revue humanitaire.

ghyslaine-leloup2@orange.fr



Publications


RECUEILS

J’appelle, au bord du monde. La Bartavelle éditeur, 2000

Le Rêve aux mains lentes. La Bartavelle éditeur, 2001

L'Ange de sable. Editions Encres Vives, 2003 (collection Encres Blanches n°103)

La joie, pourtant. Hélices Poésie 2005


TEXTES EN REVUES ET AILLEURS

Livre : "Femmes contre les guerres" de Marlène Tuininga, Ed. Desclée de Brouwer/ Charles Léopold Mayer (traduit en italien Ed. Paoline Editoriale Libri) : insertion du poème « La paix disent-elles, la guerre font-ils »

Revues : Encres Vagabondes, Polyglotte, Aujourd’hui Poème, Comme en poésie, Plein Sens, Friches-Cahiers de Poésie Verte, Hors Jeu

Anthologies : Encres Vives/Michel Cosem ; 100 femmes poètes pour la paix en Palestine/ Polyglotte

Internet : La toile de l’Un ; clairobscur.blogspirit.com ; Bibliothèque Insulaire ; Hélices Poésie ; Francopolis ; Danger Poésie ; Mouvances.ca

Mur de Poésie de Tours



*****




































































Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents