Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°17- Mai 2009- Arnaud Bourven-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 31 Mars 2009, 23:03pm

Catégories : #poèmes

 

****

 

 

 

 

Sème des graines sur les tombes et qu’ainsi, de l’horizon levant, les

oiseaux viennent en nombre des autres continents, des autres

saisons, apportant leurs souvenirs des âmes végétales que des

trombes d’eau ont hier englouties au fond des océans. Que les

oiseaux aux ailes sans brise, en prise avec le vide, brisées dans la

maille du filet ou toutes chargées du poids de milliards de plombs

plus minuscules que des pépites d’or dans l’œil rond du faucon

viennent dérouler de leur bec rouge sang les jeunes pousses des

feuilles naissantes sur la tige montée des tombes égrainées. Alors la

sève survivante élargira ses vues sur son monde croissant au delà

des deltas du fleuve-mer, multipliant ses ramures ouvertes bien au dessus

des gouffres où palpitent les rêves ronds, les ondulations

lumineuses des poissons dévorant les rives fécondes des îles de

sables, des îles de jungles. Et le souffle neigeux des pollens orange

étendra alors son haleine carbonique vers nos veines, ensemençant

à jamais chaque fibre humaine…

.

Affleurement soyeux des surfaces du fleuve creux, du fleuve énorme

ventre reptilien gonflé de boue verte, de troncs comme les dos

osseux des cétacés boursouflés, crevassés de mollusques

macroscopiques. Emergence des cataractes vagissantes de crânes

d’hippopotames issus des terres craquelées. Gisements anciens des

profondeurs en fragments de fronts dispersés. Naissances des

strates de fémurs, clavicules, molaires devenus minerais, devenus

rivières enfouies dans le goutte à goutte millénaire des grottes une à

une effondrées sous le poids des volcans juvéniles. Germination des

graines d’eau sur l’ivoire somptueux de l’Astre. Engendrement

premier d’artères ouvertes. Sang léché d’argile. Terre assoiffée.

Sang rendu au fleuve terrien, rendu aux laves. Gave de salive

émergeante, sueurs régénérées, affluents pour l’irrigation nouvelle

des ethnies fertiles. Geyser de particules génétiques. Traces de

carbone. Sédiments déposés. Organismes nés par génération

spontanée dans les limons, l’effluve fécond des deltas.

 

 

 

Texte extrait du recueil « Grande surface » éd.dlc 2008

 

 

****

 

 

Monde de libre cri sur les civils criblés de peur pure animale

instinctive tombent des rythmes respiratoires altérés et vides

vides les palpitations intimes aussi on pense immédiatement à

s’en sortir juste juste une issue à tout ça rien d’autre dans ce feu

qu’un abri pour les siens son corps recroquevillé malade suintant

en coupures de verre sur le Monde de libre cri bien en face de

miroirs ou d’écrans plats plasma giclé sur la Réalité de façades

éventrées oui la Réalité qu’ils retranscrivent eux en rupture de

stock ou de sang fer et fragmentation de roquettes flux fumées du

phosphore blanc fermeture des tunnels d’approvisionnement en

vivres et armes si vitales vitales des vertèbres des veines artères

et dislocation du dialogue pour des causes encore indéterminées

apparaissent des taches cloques sur les épaules paupières lignes

de front s’arrachent aux codes des crevasses d’os sur tous les

interfaces tous les accords reniés comme toutes les résolutions

violées c’est juste juste se terrer ne plus bouger surtout pas non

pas le moindre bruit n’ai pas peur c’est fini ou geste vers le dehors

ferme les yeux mon amour les signes doivent faire silence sur le

Monde de libre cri qui propulse tout en haut débit 16/9ème sans

rien voir entendre faire frisson pause pupilles dilatées à peine à

peine

 

Texte inédit. 2009

 

 

ARNAUD BOURVEN

 

 

Po-être vivant, né sans faire grand bruit à Landerneau durant l'été 1972, je vis depuis quelques années dans la sage Mayenne. J'ai édité en 2007 une première plaquette de poèmes, "7 phréatiques", aux éditions dlc (un jeune éditeur breton) puis, en 2008, chez le même éditeur, un premier recueil, "Grande surface", dont la revue Traction-Brabant a publié des extraits...

 

 

******

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents