Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°17- Mai 2009- Patricia Laranco

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 31 Mars 2009, 23:03pm

Catégories : #poèmes

 

Chaque poème écrit

est à recommencer

pour ce qu’il a omis

et oublié

de dire.

Pour ce qui lui manque et

pour ce qu’il lui reste à

conquérir, embrasser,

chaque poème écrit

est à recommencer

et

inlassablement.

Chaque poème écrit

témoigne que les mots

doivent finalement

s’effacer, s’abolir,

se réduire à des

touches de transparence,

à des presque

riens

où perce le reflet

momentané du Tout.

Tout poème écrit se souvient

du silence

auquel il n’est jamais

arraché qu’un moment.

Chaque poème écrit

à la longue, devient

un petit tas cendreux

appelant

le phénix.

Chaque poème écrit

est un atroce échec,

un papillon de nuit

qui s’est brûlé

les ailes.


Chaque poème écrit

est à recommencer,

à remettre en chantier

pour ce qu’il

approcha.


Tant que revient

l’élan

vers l’espace étendu

chaque poème se

fatigue à haleter.

Tout poème a vocation

à être complet

mais fourmille

d’incomplétude, de hasard

aussi chaque poème

est condamné avant

même que de finir

à reprendre

sa quête.



*****

LE JOUR.



pommelé

moucheté

ocellé

tavelé

maculé

festonné

dentelé :

c’est le jour


c’est le jour

ajouré,

mobile,

pantelant

traversé par l’instant confluence

qui tremble


écartelé entre

les nuages du ciel

et la couleur

du sol

et les trouées

de vent


déchiqueté

perdu

c’est le jour qui ruisselle

appelle à lui l’ardeur,

les bribes de patchwork,

les orées

de confins

écoutez-le

donner

l’illusion d’être chair


écoutez son seul et

unique instant

vrombir

et miroiter, onduler, ondoyant

sans fin


vous croyez que le temps

passe, c’est bien à tort,

le temps est un instant

simplement enfermé

dans une pièce aux murs tapissés de miroirs




12/08/2008.




PATRICIA LARANCO



Patricia Laranco. Née en 1955 à Bamako (Mali). Française par son père, Mauricienne par sa mère. Etudes supérieures d’Histoire et géographie en France.

Profession : animatrice. Vit à Paris. Mère de deux filles.

A publié, à ce jour, 6 recueils de poèmes, et collaboré (textes poétiques, notes critiques, articles) avec de nombreuses revues, parmi lesquelles « Jointure », « Diérèse », « Les Cahiers du Sens », « LittéRéalité », « Inédit nouveau », « Poésie sur Seine », « Phréatique », « Les Cahiers de Poésie », « Le Cerf-Volant ». S’est vue aussi publiée dans quelques anthologies, ainsi que sur des sites internet.

A donné des conférences sur la poésie de l’Océan Indien, et fait des interventions d’animation poétique auprès d’adolescents, dans un collège parisien.

En tant que peintre et photographe, a en outre participé à une trentaines d’expositions.

Son blog, http://patrimages.over-blog.com, diffuse ses photographies, ainsi que poèmes (nombreux poètes, dont beaucoup des îles de l’Océan Indien), nouvelles, articles sur la littérature, voire sur la philosophie.





***









































































Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents