Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°15- Mars 2009- Patrick Werstink-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 1 Février 2009, 00:03am

Catégories : #poèmes

 

***


Acte de langage

acte de tangage et de roulis


Dans le clapot tosse

clopin clopant l’étrave

azurée patauge

parmi ce nihilisme sinople


Les conséquences

en élucider si possible

les ronceraies de l’inespoir

crissent sans cri

leurs éclats de silex

étincelles sombres

de mots éteints


J’ai tangenté l’esprit et la parole

de quelques abandonnés d’eux-mêmes

qui refusent de saisir la moindre amarre

de percevoir la moindre escarbille


Ils roulent

billes

sans satellite ni planète

leur clinamen les conduit

comme la nôtre

au néant


Le passage leur demeure-t-il indifférent ?

La houle ignore le langage





***






Elle parlait dans le silence de son cœur, lui suggérait de faire un monde nouveau.


Nés si lointains, ils s’efforcent de vivre ensemble malgré l’écran du parfum des lys passés.


Il n’y avait pas de place pour lui au monde, nul ne l’attendait ; en grimaçant beaucoup, on s’est serré un peu.


Elle désire sauvegarder à tout prix quelque perfection dans ce monde défectueux.


Ils construisirent une île de repos dans une mer en furie, parmi des tourbillons de désastres.


Leurs rideaux encadraient des fenêtres d’où ils pouvaient contempler ce qu’ils établissaient : la route s’allongeait au fur et à mesure de leurs pas conjugués.





***



Entre les berges l’eau s’écoule en la rivière


En la rivière

chaque seconde

l’eau s’écoule

Entre les berges

l’eau s’écoule


En la rivière foule de vie s’entremêle


Au dessus

les rêves

que le nuage héberge


Entre les berges

habitent les vies

Les rêves s’écoulent


L’eau reflète le nuage

sans l’atteindre


L’eau s’évapore

entre les berges

pour atteindre le nuage


***


Etrange compassion

pour l’étrange vie

qui souffre étrangement


Etrange émersion de

la matière


Etrange conscience

émergente


de multiples prédations autophages

la grandisse


Conscience

l’étrange idée qui me vient là


PATRICK WERSTINK




Patrick Werstink est né en 1947 dans le Loiret. Il habite aujourd’hui la forêt de Puisaye.

Publié par (c’est ancien) ‘’Poéticorama’’ et radio Rhône-Alpes France inter, et, plus récemment, participation à des forums sur internet ; fabrication d’un recueil ‘’Annihilations’’ dont les revues ‘’Décharge’’ et ‘’Florilège’’ se sont faites l’écho.

Accueilli par quelques anthologies des ‘’Dossiers d’Aquitaine’’ et la revue ‘’Florilège’’.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents