Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°12- Décembre 2008- Maryse Du Souchet-Robert-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 3 Novembre 2008, 00:02am

Catégories : #poèmes

**

 

L'oeuvre au Noir

 

         Je suis la cathédrale noire,

         la Vierge noire des profondeurs.

         Je plonge dans le tourbillon sombre

         des eaux noires du Styx.

         Les ténèbres y sont épaisses.

         Mon troisième oeil voit dans la nuit

         un homme noir s'y promène,soleil noir de minuit,.

         Mon Bien Aimé a passé sa main par la fente

         et mes entrailles en ont frémi,

         mes entrailles couleur d'ébène,

         coquille ouverte sur l'Infini.

         Dans le silence du Pays des ténèbres,

         un enfant perdu, un enfant nu

         hurle à la lune...

         Je le prends dans mes bras

         et je hurle avec lui aux sources de la nuit.

         L'enfant est englouti

         et moi je nais de l'onde.

         L'Oeuvre au noir est accompli

         mon nom m'y est donné

         Je m'appelle Marie.

         Mes cheveux sont d'or roux.

         Je suis la fille du soleil.

 

         L'oeuvre au blanc

 

 

 

         Sur le champ de neige  

         me suis couchée pour dormir.

         Sur le champ de neige

         me suis couchée.

 

         La neige recouvre la terre.

         La neige recouvre ma mère.

         Dors, dors,

         dors du sommeil de la mort.

 

         Sur le champ de neige

         l'arbre s'est penché.

         Il ploie sous le givre

         prisonnier du sol gelé.

 

         Dors, dors

         dors du sommeil de la mort.

         La neige recouvre la terre.

         La neige recouvre ma mère.

 

         Mon âme, mon âme se penche

         se penche sur le silence.

         Mes cheveux sont pris dans les glaces

         de l'éternelle absence.

 

         Enfants, enfants, venez!

         Venez libérer les arbres!

         Enfants, enfants, venez!

         Et libera me !

 

         Les enfants sont venus

         ont secoué les arbres.

         Les arbres ont été libérés.

         Mon âme a retrouvé la paix.

 

         Les grelots de givre

         fondent au grand soleil.

         C'est le redoux, c'est le redoux.

         Mon âme s'émerveille.

 

         Enfants, enfants, dansez.

         L'arbre s'est redressé.

         La mort est exilée.

         Oh ! Que meure la mort!

 

         Quant à moi, je demeure.

         Car ce n'est pas mon heure.

         Réveillez-vous, réveillez-vous.

         C'est le redoux !

 

         L'oeuvre au rouge

 

         Rien est mon nom de solitude,

         depuis que je l'ai vue

         dans l'ombre de ma nuit.

         Elle allait vers le nord

         et j'allais vers le sud.

         J'ai vu son grand oeil noir

         et son vêtement sombre.

         J'ai vu et j'ai tremblé

         et j'ai bramé de peur.

         De la mort, j'ai vu la terrible lueur...

         Dans un sursaut de vie j'ai plongé en son antre...

         Elle m'a happée goulue, me menant en son centre...

         J'ai alors lâché prise et suis entrée en transe.

         J'ai tournoyé longtemps comme une feuille morte...

         Et puis je suis tombée car vide était mon coeur.

         Des mains m'ont relevée et m'ont rendu mon âme,

         mon âme nouvelle née, mon âme énamourée.

         Je me ris de la mort car j'ai vu sourire l'Ange

         et se lever l'Étoile, au plus profond des nuits.

         TOUT est mon nom de plénitude.

         L'oeuvre au rouge est accompli.

         Je suis la fille-FEU qui danse dans le vent.

         En mon jardin d'AMOUR, la LICORNE m'attend.

         Dans les bras de l'AMANT, est la VIE de la VIE

         sur les monts parfumés

         de Lilium et d'iris.

 

 

MARYSE DU SOUCHET-ROBERT



Peintre et poète, Maryse du Souchet-Robert (
souchet-robert@wanadoo.fr) est orthophoniste et art-thérapeute. Elle anime des ateliers d’écriture et a inventé une méthode de peinture automatique, l’aquagraphie, à propos de laquelle elle a publié Le Clavecin oculaire ou l’aquagraphie peinture magique et médiation thérapeutique (Paris, L’Harmattan, 2001). Elle est aussi l’auteure de Le pays de l’étrange (coll. D.Morel ; Paris, Papyrus, 1989) et Eliezer ou la descente aux enfers (Rouvray, Prieuré, 1995). Toutes ses activités figurent sur son site :

 

http://aquagraphie-ecriture.fr

 

 

**

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents