Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°11- Novembre 2008- Muriel Carrupt-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 1 Octobre 2008, 23:03pm

Catégories : #poèmes

**

 

 

Extrait de bord de nuit

 

L'eau s'avance

Gratte le sable

 

Écume rouge

Regorge sur tes pieds

 

Barreaux de cheveux sur tes yeux

Mouvance des couteaux silencieux

 

Flux reflux vague de feu

Ciel en voûte brille d'aveux

Brûle d'effroi

 

Tes doigts virent au bleu

Engourdis de toi

Des brides de voix

Glissent sous ta peau

 

Tu te brouilles

Regard d'après orage

La vase remonte sous tes cils

Pulvérise ton épreuve

 

Humiliée de tant de mois vitrés

Mots broyés dans tes mâchoires serrées

Tu retournes dans leurs réalités

 

Tu t'ôtes tous tes miroirs

Tu ne sais plus quelle fleur tu arroses chaque jour

Tu t'étonnes qu'il y est encore de l'eau

 

Os spongieux qui se tordent dans l'errance du temps

Tu voudrais les sentir dure

Tu te jettes contre le mur

Dans un cri

Tout scellé

 

On frappe à l'entrée

Tu te givre

Ça cogne plus fort

Tu ouvres la fenêtre

Et dans un élan                                                                        Tu t'envoles.

 

 

 

 

 

 

Elle tangue sur vos mots

Parole sur cil

Raisonne vos bleus

 

 

 

 

 

 

Je crayonne le silence                         

Qui m'inscrit

Horde vous

 

 

 

 

 

La mer est maintenant trop éloignée

Les poissons guettent d'autres femmes de papier

Elle

Scintille autrement

Bleu retour

L'habitude nous rassure

Dites-moi

Croyez-vous à la liberté?"

 

 

Je n'attends pas              

Je guette

Je n'ai rien à attendre

L'attente c'est l'ennui qui ronge le temps qui nous reste

Le temps ne compte pas

Je contiens

Je n'attends pas

J'explore au fond de ma matière

La pierre

L'eau

La lumière et la nuit

Je cours dans mes fibres

Deviens végétale

M'évapore en azur

Découvre l'entre deux.

Je cascade tonnerre

Je verdoie et fleuris

Je montagne escalade

J'océan houle au vent

Je reviens et bondis

Je bouscule et rugis

Votre fatigue vous trahit

La lumière jaillit.

Je suis sable vous soleil

Éclatant dans la nuit.

 

 

 

Rigole de sel sur peau papier

Regard en perles desséchées

Sans cesse retenues

Personne ne remue

 

 

 

 

 

IL est des déchirures qui saignent

Blanc

Toutes de sel

 

 

 

Dans un entre toi

Tu cherches dans les débris

Qu'au fond

Tu n'as pas pris.

 

 

MURIEL CARRUPT

 

Muriel Carrupt, comédienne – Art-thérapeute
Écris et illustre "Petits cailloux" et "L'amour sans fin" (ce dernier a
 
reçu le soutien de la Drac Haute-Normandie en 2000) édités par le 
Théâtre à la Menthe.
"Ouniame et la rivière qui chante": texte, illustrations, cd.
Publie dans la revue Verso ( extrait de "robe"; "un pas dans le 
monde"...). Collabore à cette revue en faisant des lectures publiques 
des poètes parus dans la revue.

 

http://pagesperso-orange.fr/lecaillourouge/

 

 

**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents