Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°10- Septembre/Octobre 2008- Editorial-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 3 Septembre 2008, 23:05pm

Catégories : #poèmes

Ecrire pour  qui ?

 

 

Ecrire pour qui? Si vous écrivez des romans ou des essais, vous avez une chance d'être lu par quelques milliers de personnes, à condition que vous soyez publié, bien entendu. Si vous écrivez des poèmes, alors, vous ne serez lu que par quelques centaines d'individus, ces mêmes individus qui vous auront lu dans des revues littéraires. Et si vous publiez des recueils de poèmes ( à compte d'éditeur, c'est préférable) , alors là , vous devez assurer vous-même le plus souvent leur promotion ( en envoyant des dizaines de services de presse, en donnant parfois votre livre à vos amis et proches) et de toute façon le paiement des droits d'auteurs n'existe pas en poésie, vous réaliserez peu de bénéfices, vous aurez un succès d'estime ( si succès il y a), un succès critique ( parfois) et vous serez de toute façon pauvre ! Le poète a tout intérêt à être parolier et écrire des chansons, membre de la SACEM et faire du slam!

S'il écrit de la poésie contemporaine, exigeante, comme celle d' Alain Suied, poète métaphysique qui "nous" interroge avec ses aspirations à l'absolu et au secret des mondes ou comme celle de Roger Lahu qui fait un excellent travail sur le langage, la syntaxe et les mots, alors là , il n'est pas sûr d'être ( connu) reconnu du Grand Public ! Le poète désormais est comparable au philosophe : il est lu par des universitaires et des enseignants, il passe à France Culture ou sur Arte mais il n'est pas sûr d'être lu par un plus grand nombre et de passer dans les talk-shows à la mode sur France 2 ou sur Canal + ! Mais est-ce important ? Je suis "poète" moi-même, sensible à la reconnaissance de mes pairs, au jeu des médias mais je sais que la célébrité peut pervertir le talent, si l'écrivain, diverti par le spectacle mondain et la confusion du monde du spectacle, ne continue pas à travailler sa "langue"!

                

Le poète cependant a pour mission de continuer son sacerdoce: écrire et jouer avec le langage ! Tant qu'on le citera toujours à la fin d'un banquet ou qu'on empruntera ses mots pour des déclarations d'amour, il est sûr de ne pas écrire pour rien ! Et pour finir un de mes poèmes inédits ( dont je suis bien entendu l'auteur) :

 

SOLEIL D'AVRIL

J'ai marché
en essayant de suivre le soleil d'avril

J'ai laissé mes doutes
sur le terre-plein
j'ai pris quelques cahiers
un crayon et une gomme
un dictionnaire

Et j'ai commencé à écrire

   

Eric DUBOIS


Responsable de la revue « Le Capital des Mots ».

  PS :


Ce numéro est dédié à Alain Suied qui nous a quittés le 24 Juillet 2008. Alain était un fidèle supporter du "Capital des Mots" . Il m'avait encouragé dès le début. Nous échangions depuis plus d'un an des courriels. Je l'avais rencontré au Marché de la Poésie, Place St Sulpice, en Juin dernier. Je garde de lui le souvenir d'un être lumineux et inquiet, de bon conseil, préoccupé par ses pairs, attentif aux autres et à l'écoute. Il m'avait donné un exemplaire dédicacé d'un de ses derniers livres "Laisser partir" avec ses mots : "Pour Eric Dubois, ces pages à l'écoute du Mystère Vivant, ces paroles pour l'autre..."

Je suis bien triste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents