Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°10- Septembre/Octobre 2008- Isabelle Jullian-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 3 Septembre 2008, 23:03pm

Catégories : #poèmes

**

 

 

LES BARRICADES

 

 

Avril 2008

 

 

 

ROMANCE SENTIMENTALE

 

 

 

Je pense à toi

quand une femme du hameau

sillonne les sentiers

savoure le paysage

va recueillir le miel

des ruches alignées

sous un soleil de Sahara

et revient bardée

de piqûres et d'hématomes.

 

Je pense à toi

quand le train

qui relie le petit village de Croix

à la grande ville d'Agada

étouffe les piaillements

de quelques poules

égarées malencontreusement

sur les voies.

 

Je pense à toi

quand  l'école du village

accueille une fois par an

des touristes échevelés,

venus admirer tes poteries

et tes ouvrages en raphia

qui me font rêver

de tes robes colorées

trop larges

sans style

et sans boutons assortis.

 

Je pense à toi, enfin,

quand les eaux en crue

débordent les berges du torrent

et que des lapins s'y noient

car, comme toi,

ils ne savent pas nager.

 

 

 

 

A CELUI QUI VA MOURIR

 

 

 

 

A celui qui va mourir,

âgé de quatre vingt dix huit  ans...

le jeune neveu

fraîchement arrivé d'Anatolie

prodigue des encouragements

en dialecte sibyllin.

Bonne chance !

Bonne route !

Bon courage !

Le vieillard

quelque peu désorienté

par ces propos

et par la prise d'herbes

décongestionnantes,

rêve de chasse au lapin sauvage

de repas avec des vins

parfumés de cardamome,

de jolies filles

voilées de tulle rose et bleu

lui massant le dos et les reins

avec délicatesse.

Un ultime soupir

délie tous ces rêves extatiques,

affole le neveu

qui n'a pas vu son oncle

depuis dix ans !

Il finit par dire

d'une voix forte

et sans hésitations :

« bon rétablissement ! »

 

 

 

 

 

 

 

UN BRESILIEN A PARIS

 

 

 

Le danger des protestations

d'un Brésilien à Paris

entame l'autorité

du préfet de région

qui prépare alors, en secret,

des camisoles invisibles

pour arrêter le Brésilien

le plus discrètement possible.

Le faire passer pour fou

et l'interner

dans un système de Santé

au bout du fil !

Parti jouer au bowling

avec des amis Scandinaves,

le Brésilien se dilue

dans une foule sans trafic

qui, à la veille des vacances de Pâques,

a parrainé un petit Indien.

Les agents du préfet,

sans lunettes

et sans intelligence,

ont capturé le petit Indien

avec les camisoles invisibles...

le prenant pour le Brésilien !

Chutes de neige à Pâques !

Les distributions de médailles

n'auront pas lieu.

Le Nouvel Ordre du Conseil Préfectoral

devra faire des excuses

au gouvernement Indien,

tandis que le Brésilien

qui a filé à Monaco

s'interroge encore

sur le prix du café

en France

et  sur la beauté

des femmes aux cheveux blonds.

 

 

 

 

BATEAUX ROUGES

 

 

 

 

 

 


Révolution des usagers

du téléphone.

Vingt bateaux rouges

voguent allègrement

sur une toile bleue.

Exposition-rébellion

au Centre du Lotus Blanc.

Couleur du vide.

Vingt bateaux rouges

alignés par deux

sans but, ni destination.

Jour d'inauguration.

Silence de mort

à l'envolée de l'oeuvre d'art.

Malaise palpable,

visages blêmes.

Couleur du vide.

Silence de l'eau

au port du canal.

Splendeur du vide.

Soudain, un révolutionnaire

se met à crier :

« on a perdu les papiers ! »

Les papiers de poésie pure

sur lesquels devaient voguer

les bateaux.

« Bienvenue dans notre monde ! »

a riposté le maire

avant de s'élancer

dans le discours-fleuve

qui faillit l'emporter

vers d'autres rives.

Heureusement,

la corne de brume

sonna.

Les bateaux commencèrent

à glisser

sur les papiers de poésie.

Les bateaux rouges,

toujours rouges.

Alignés par deux,

sans but, ni destination.

 

 

 

ISABELLE JULLIAN

 

 

 

Isabelle Jullian est née en 1954. Elle a publié dans la revue « Florilège ». Elle est membre de l’association « La voix des mots » animée par Yves-Jacques Bouin. Elle a été la principale collaboratrice du Rédacteur en chef, le poète Jurassien:Nicolas Sylvain , de la revue Franco-Roumaine « Florica » entre 1988 et 1991.

 

 

 

**


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents