Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°8- Juin 2008- Xavier Philiponet-

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 30 Avril 2008, 23:00pm

Catégories : #poèmes

----------------------------------------------------

 

 

 

 

LE TITUBANT

 

 

I -

Ô monde sirotant au goulot la sève de l’existence, il n’est plus question de parler ni de parodier une hanche, la marque des arnaques se dilue dans le sang lumineux.

 

A ton aise ! Je respire l’iode des cavernes tandis que tu poivres tes larmes d’un fer borgne !

 

Buvons si tu le veux, sur une crête macédonienne, sur les faubourgs des prompts illogismes, mais n’épanche pas tes ingratitudes par l’ombre d’une sirène généreuse.

 

 

II –

Es-tu là ô toi qui préserve ma mélodie ? Sais-tu ce qu’un délire suggère à son auteur ? N’as-tu point connaissance de ce qui ne se peut rien dire ou penser ?

 

La ronde des vertus est un vaste champ peuplé de vers platoniques. L’éther qui scintille sur le blé rapporte plus que la cagoule des braquages de synthèse, parlerais-je de la même chose ? Soit !

 

Allons ! Si tu le peux, nous nourrirons de nos rires contagieux les bêtes suaves et les momies adéquates. Le meilleur n’est plus à la communion mais à la fête des printemps assoiffés. Dis ! Ne devrais-tu pas t’éloigner de moi et savoir ce qui te possède ?

 

III –

Les routes de ton visage sont des cartes expressives dont les essences scintillent dans le geste. Qu’est-il permis à l’oiseau ivre sinon le silence de son envol et le diapason de l’acrobatie lunaire ?

 

Sous un soleil d’août se dévoilent les pudeurs et les entrelacs de nos consciences inertes. L’insensé nous murmure ses avantages et nous promet l’occulte transfiguration de nos sens ressurgis.

 

Qu’importe alors les portes de la raison, si elle penche pour un bien ou pour un mal, si elle choisit ou si elle obéit ! Qui peut prétendre, dans la suggestion des terrestres aptitudes, tenir les rênes de son langage le plus abyssal ?

 

 

 

XAVIER PHILIPONET

 

 

 

Xavier Philiponet est né le 16 juin 1976 à Poitiers.

Autodidacte, c’est sur la route que la poésie s’imposa à son cœur. Depuis 1999, il a visité près de quarante pays (Grèce, Turquie, Iran, Pakistan, Inde, Israël, Maroc, Croatie, Italie, Danemark, etc. ).

Il a créé la troupe de rue « Travellers Circus » et il a passé quatre années sur les routes d’Europe avec le groupe de musique, le « Babylon Circus ». Il sortira en avril son premier ouvrage, « Le Corps d’Alba » - Poésie Nomade (REZOBOOK/ Les Joueurs d’Astres).

 

 

 

 

----------------------------------------------------

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents