Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°5- Mars 2008- Jean-Pierre Nedelec

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 4 Février 2008, 00:00am

Catégories : #poèmes

   -----------------
 
 
 
 Eurovélojournal 2006
         
 
 
 
 
 
                                       Il quitte le Danube bonjour les coteaux
                                       Çà monte çà monte chaud et lourd
                                       A lui le regard conquérant vers la plaine slovaque
                                       Il a vaincu les montagnettes et sonne la charge
                                       Me donnerait bien des coups d’étriers
                                       Je ne suis pas sa Rossinante !
                                       Sus aux Eszterhazy ! s’imagine premier clairon :
 
                                       «  parce que Tonton est une Tata »         (*)
 
 
 
 
 
                                                           ( Tata )
 
 
                                                                  
 
 
(*) refrain du chanteur de cabaret Michel Fontaine : années 60
 
 
 
 
 
 
                                       Les grands- pères repoussaient les chars
                                       Les petites filles peuvent danser
                                       Tanzen für mich meine Liebe !
                                       Ville en fête la gaîté des roses et des ocres
                                       Pour oublier la grisaille des quartiers
                                       Le temps de rire et de boire
 
                                       Tanzen ! Tanzen !
 
 
 
 
 
                                                           ( Gyor )
 
 
 
 
                                       Tiens bon ! qu’il me dit tiens bon !
                                       Putain de chemin ! Putain de caillasses !
                                       Mais qu’y puis-je ? C’est lui le conducator non !
                                       Comment lui dire ? Un cyclo un vrai
                                       Pas un frimeur un gars qu’en a
                                       Pas un promeneur un type au long cours
                                      
                                       Consent d’abord à lire une carte
 
 
 
 
 
                                                           ( Dunasziget )
 
 
 
 
 
                                       Le voyage n’est pas sans drame
                                       Une femme pleure sur le bord du chemin
                                       Il croit d’abord à l’indécence sonore d’un chagrin
                                       Plus loin un vélo renversé
                                       La grosse voiture s’accuse en travers de la route
                                       Il comprend que les larmes parlaient d’un enfant
 
                                       De quoi replacer nos si petites misères
 
 
 
 
 
                                                           ( Lipot )
 
 
 
 
 
 
 
                                      Il a retrouvé l’autre
                                      Non pas la femme çà je comprends
                                       L’autre bécane celle d’avant
                                       Que je me refasse une santé dit-il
                                       Et lui donc !
 
                                       Peut-être a-t-il le sens de l’amitié ?
 
 
 
 
 
                                                           ( Vannes )
 
 
                                        
                                        
                                      
 
 
                                       EPICYCLE : I’m poor lonesome pouèt pouèt
 
                                       A la fin du film l’écran défile
                                       Faut remercier villageoises et villageois
                                       Pour les décors naturels
                                       Le sourire du curé la constipation du maire
                                       La liberté en loucedé du centenaire
                                       Parfois un mot gentil pour môman
                                       Gentille môman qu’a bien voulu …
 
                                       Z’arrêtons la litanie
                                       Pour saluer – saluons – Claudio Magris
                                       Musicien de Trieste poète danubien
                                       Et son complice – qu’il ignore –
                                       Le grand le beau l’éternel le flatteur
                                       Des cycles et pédales l’imagier
                                       Cartographe du fleuve
                                       Esterbauer mon amour ! 
 
 
 
 
 
Dernier extrait
 
 
JEAN-PIERRE NEDELEC
 
 
Jean Pierre Nedelec est l'auteur de Danielle Collobert et le Bretagne, éd. Blanc Silex 2002; et de Notes pour Eros, éditions La Part commune 2006. Il a conçu et préfacé Lectures pour Jean Vilar, de Georges Perros, éd. Le Temps qu'il fait 1999. Publiant dans plusieurs revues, il collabore régulièrement aux Cahiers Paul Léautaud .
 
   -----------------
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patricia Omnes 12/02/2008 11:08

Félicitations pour tous ces poèmes dont le vélo est le maître mot!
Passion! Compilation!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents