Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°5- Mars 2008- Marc Delouze

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 4 Février 2008, 00:02am

Catégories : #poèmes

 
L’homme qui fermait les yeux sans baisser les paupières
 
 
L’homme qui fermait les yeux sans baisser les paupières
se tient parfois les yeux ouverts comme le ventre de l’histoire
après le passage des hommes, comme l’huître après le couteau
il voudrait baisser ses paupières mais elles sont coincées
comme les rideaux de fer dans Jérusalem
Alger Santiago Belfast Berlin Budapest
 
l’homme qui fermait les yeux sans baisser les paupières
ouvre la bouche et la parole qui s’en échappe est un grenadier voltigeur
il a peur il balbutie il bafouille ses lèvres tremblent
lui qui ne sut jamais parler qu’en terme de rêve
 
quand il faudrait se réveiller c’est déjà trop tard le jour explose
comme un fruit pourri jeté contre le mur
la lune est en feu le sang du rêve éclabousse la terre 
se répand sur la page et le papier redevient chiffon
lui s’endort les bras en croix les lèvres cousues
les paumes ouvertes en guise de bouche
en quête d’une autre
                                       parole
 
 
 
 
 
MARC DELOUZE
 
 
 
Marc DELOUZE. Né à Paris. Vit à Montmartre. Poète et voyageur « par la force des choses ». Premier recueil en 1971, Souvenirs de la Maison des Mots, (précédé de Par  manière de Testament, d'Aragon). Silence éditorial d’une vingtaine d’années, afin d’échapper au « masque poétique ». En 1982, crée l'association Les Parvis Poétiques qui organise des événements, des festivals, des lectures, des spectacles... Cofondateur et directeur littéraire du Festival « Les Voix de la Méditerranée » (Lodève), de 1998 à 2000.
Dernières publications : T'es beaucoup à te croire tout seul (poème), La passe du vent, 2000. Epouvantails, poèmes, Lanore, 2002. C’est le monde qui parle, récit, Verdier, 2007. Yeou, Piéton des terres, poème et L’anthologie amicale des poètes aux Parvis, tous deux à La passe du vent, 2007.
 
 
 
 
------------------
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents