Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°5- Mars 2008- Patrice Cazelles

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 4 Février 2008, 00:00am

Catégories : #poèmes

------------------   
 
Western
rue du cheval-ru
 
 
 
 
CONTRE QUI LE CHEVAL RUE ?
LE CHEVAL ÉQUIDÉ
LA CHOSE ÉQUESTRE SOUS LES
VERROUS SÉQUESTRÉ DES RIDELLES
TÂTANT DU VENT DANS LES AIRS
DÉSERTS AUTANT QU’AVANT
CONVAINQUANT
COMPTANT LE TEMPS
CONTENT DE TOUT
CAR TOUT EST BON
DANS LE CANASSON
SI SE SONT SES PAS
SON PASSÉ OU VERS QUOI
L’HIVER CONDUIT
CE CONDAMNÉ LE POIL HIRSUTE
SOUS LA TOILE DE JUTE
LE COL OUVERT
OU LA MAIN AU COLLET
SAVONS GUÈRE QUE NAGUÈRE
FUT POÈTE EN SAISON CORPS A NU
DANS L’EMPLOI DE L’ÉTÉ
PLUT À MOI QU’UN REGARD EMIS LÀ
ÉMANANT DES MISÈRES DE SON TEMPS
GRÉÉ DE FORCE AU PALAN
PENDU LÀ DANS L’AZUR
PENDULAIRE ABÊTI
VIT LE SORT EVITÉ
D’UN ÂGE AUTANT PORTÉ
QU’IÇI BAS DEVERS TOUS
LA MOISSON DES VERTUES
N’IRA PAS JUSQU'A LUI.
POETE AUX NUIT SANS SEUIL
ET DU GRAIN QUI DIT VRAI .
 
CONTRE QUI LE CHEVAL RUE ?
 
      
------------------   
 
 
 
 
NEUVE.
 
 
 
COMMENT T’ES LÀ T’AS CHALANDĒ LES MEULES POUR AVNIR AU TAS SI BAS TOUT SAINT CORBĒ D’ĒRISIPÈLE AU PIRE DU TEMPS RAVI D’UN PIEU COMME TEINT DES SOËFS SI TOUT EN BIÈRE LES CLINCHES S’EFFROIENT MON BASE QUI PENCHE AU RIS D’SA PENSĒE L’ĒPAULE A SOI QU’ON DĒCLIVE EN S’DOUTANT DU MEILLEUR QU’A FAIT SA VIE C’EST PARATIONNEL L’USAGE DES MOTS QU’ON COMPLĒMENTE EN VICE VERSA RECTA RECTUM ET CUI DISTANT MATER DOLOROSA FACIPUT COMME ON PEUT D’AMOUR S’ĒPLEINDRE ET D’LA ROCAILLE AUTOUR COMME TANT D’AVANT LES NUITS QU’ĒTIRAIENT SES SUEURS JUSQU’AU PLAISIR DES MOTS CEUX LÀ FACTIONNĒS DEVANT L’ĒTROITE ĒCHANCRURE DU SILENCE MA VIE PERDIT LE SENS DES BIENS DURABLES ET DE QUOI J’AGISSUS COMPLIT LA GARE DES FAITS-ACTIONS TARĒ JOUISSANT DANS MA SCIURE J’ATTEMPTAIS AUX SOLIVES DU TEXTE SANS ERNIE À L’ĒCOUTANCE DES VIEUX AMMONESTĒS PAR LA RIME AU BEL INSTANT JEUNOT DES DIPTÈRES UNIVERSITAIRES COOPTĒS PAR DES PLUS ROUIS QU’EUX AU TAS LES COERCITIFS TOUS AU TAS AUTANT QU’EN PEUT TENIR L’ACADĒMIE DES VLOUTĒS J’ENCHOIS D’AUCUNS À TIRER SUR SA LANGUE COMME UN APPENDICE FULMINEUX UN SEXE TROISI ÈME UNE MONTURE À JACTER …
 
      
------------------   
 
 
Je marche
 
 
J’ai de tout temps conçu mes moindres reculades. La vie d’épis de blé aux fenaisons violentes ; mes amis partagés, ici comme ailleurs, à l’aune des paroles intimes. Leurs voix que je pressens ce soir comme mauvais un talus au bord du chemin et qui me devancent et se ferment sous les pas. Un livre parachevé d’accords approximatifs, de mots halés sur le pont avec un courage de noyé.
Je marche aujourd’hui pour reconnaître ; pour lire au dos des feuilles ce qu’elles savent de l’hiver, à leurs nervures tièdes, leur sagacité d’arbre aux pendus, dans ce qu’elles ont gardé du métier de l’écorce.
Parfois je marche dans la nuit. Plusieurs lumières atteintes en direction des faubourgs, encore violettes sous les candélabres Dervaux, qui dessinent de fortes contusions sur le chemin plus avant.
De mémoire, je marche depuis toujours vers cette ville invisible. Je n’ai trouvé jusque là que gîtes détestables, et des hommes sans ombres, plus surs que des saisons.
 
 
 
PATRICE CAZELLES
 
 
 
 
Franc-comtois né au Havre en 1959. Installé à Paris en 1980.
Comment faire autrement avec la poésie? Qu'est-ce que ce langage "poétique" et quels moyens alternatifs peut-on mettre en oeuvre pour faire vivre une écriture?
Il s'oriente vers l'oralité, l'improvisation et la performance.
Seul ou en collaboration avec la danse: Les Improsessions avec Nathalie Rocca (Théâtre de la Terre: 2002/2004), la video (Claire Artemyz), la musique électroacoustique avec Francis Larvor (Cirque Electrique en 2004, aux Voûtes et au Festival Licences en 2005, La Guillotine à Montreuil en 2006 & 2007) et Gino Favotti, compositeur (Arbor, concert imagé, Conservatoire de Gennevilliers & Atelier du Plateau en 2007), les arts plastiques avec Sébastien Teisseire et Marion Legouy.
Echange, partage, il trouve là une nouvelle dynamique pour vivre une poésie. Ne pouvant se résoudre à "l'espace du dedans", il le porte au dehors.
L'écriture demeure mais elle s'inscrit désormais à la rencontre du son, de la peinture et des arts vivants.
Animateur du Café-Poésie de Fontenay-sous-Bois, il dirige des Ateliers de Création Poétique pour enfants et en direction de publics écartés (Halte Fontenaysienne).
Edité en revues (Action Poétique, Passage d'encres...) Il publie trois recueils:
La Tour (1999).
Le Mur du Fond (2003).
Neige (2006) avec Sébastien Teisseire, plasticien. Carnet de 30 mini-formats: série I - XXX. Peinture / Ecriture
 
 
 
------------------   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents