Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°4- Février 2008- Jean Gédéon

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 16 Janvier 2008, 00:00am

Catégories : #poèmes

------------------   
 
 
ZAO WOU KI
 
 
On est sur le bord
en équilibre instable gorge nouée
et le corps lévitant vers l'indicible vibration
 
qui répand du centre lumineux vers le bord du ciel
ses courbes ondoyantes
de multiples masses de couleurs diffuses
 
noyées les unes dans les autres jusqu'à se perdre peu à peu
dans la révélation tournoyante
de l'inconnaissable matière de l'esprit.
 
 
 
TAPIES
 
 
Une couche d'argile dans la texture
avec ce qu'il faut de raideur
pour exprimer l'austère
 
et sur l'ensemble un gris de moire
aux nuances de mer du Nord
la nacre des coquilles s'estompant aux lisières incertaines 
 
où les confins se fondent dans les brumes et le flou
donnant ainsi à l'ensemble une tonalité secrète
ouverte aux silences et à la méditation.
 
 
 
SOUTINE
 
 
La peur au bout des doigts illumine
des souvenirs aigres, d’âcres réminiscences,
et habille des maisons ivres mortes,
titubant dans des rues incertaines
où des personnages tremblants
aux contours indécis livrent
à leurs spectateurs fascinés
une chair déjà morte
 
 
 
                         SOULAGES
 
 
L'aveugle oraison
du vide sidéral
dans la nuit du temps arrêté sur ses bords.
 
À travers toute l'étendue non bornée
du palimpseste
vaste et lisse comme un miroir opaque
 
sourd
du fond de l'innommable
la promesse d'une lumineuse révélation.
 
 
                          SCHIELE
 
 
Les paysages tordent leurs branches mortes,
villages et maisons entassés
pierre sur pierre sur l'horizon borné.
 
Et la chair violente crie
consciente de sa prochaine déliquescence.
Sous-jacent le squelette frémit
 
affronté à sa nudité verte.
L'érotisme latent se violente en ses voiles
pour retarder l'instant de l'ultime ordalie.
 
 
                         POLLOCK
 
 
La surface résiste et ne livre pas le passage
sans gémir.
Il faut pour pénétrer
écarter les fils et les lianes
 
sur les grands lés tissés du rêveur éveillé,
se tailler un chemin entre les taches
de soleil et d'ombres,
 
et s'asseoir au bord du format entre les tiges,
pour se laisser envahir par le sourd grondement
de la forêt impénétrable.
 
Ces textes inédits font partie d’un ensemble appelé « Toiles ».
 Extrait de "Matières Premières" Editions Encres Vives, 2008.
 
JEAN GEDEON
 
Ci-après, la notice publiée dans le numéro 15 de la revue "Nouveaux Délits" pour l'ensemble intitulé "Coup de gueule" :
 
Jean GEDEON écrit essentiellement et uniquement par plaisir.
Participe régulièrement à des lectures publiques de poésie. A publié une douzaine de recueils chez Hélices, Clapas, Editinter, et Encres Vives. Certains de ses textes sont également publiés dans de nombreuses revues. Est donc lu, comme ses pareils importants ou obscurs, par une minuscule poignée de lecteurs aventureux. 
 
 
 
------------------ 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents