Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°3- Janvier 2008- Jean-Pierre Nedelec

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 26 Décembre 2007, 00:00am

Catégories : #poèmes

Eurovélojournal 2006
 
                                       Il prétend que le vélo est un pivot de méditation
                                       A quoi médite t-il quand le long du Danube
                                       Le premier soleil   enfin !
 
                                       Et des foisons d’insectes empruntent le chemin de ses yeux
 
 
 
 
                                                           ( Obernzell )
 
 
 
                                       Un pouèt ne court pas la performance (si ?) pense t-il
                                       Quand nous passons les 2000 km pourtant il note
                                       Oh ! c’est comme çà pas pour la gloire
                                       En parle tout de même
                                       Le plus important : il a dû maigrir
                                       Je sens moins de poids sur mes semelles
 
                                        Ce qui est bon pour moi l’est sans doute pour lui
 
 
 
                       
                                                           ( Wilhering )
 
 
 
 
 
 
 
                                       Le voici en casaque jaune ce matin
                                       Gants et casque itou
                                       Coïncidence se dit-il quand il s’en aperçoit
                                       N’empêche il était aussi agité qu’un serin
                                       Quand le soleil l’a caressé
 
                                       Pour un peu il irait de sa p’tite chanson
 
 
 
 
                                                           ( Grein ) 
 
 
 
 
                                       Le gros malin ! Partis à la rosée
                                       Un cul-blanc sur la levée du Danube
                                       Effrayé saute et court
                                       Mon cavalier appuie accélère rigole
                                       Quel équipage devons-nous paraître !
 
                                       Et ce sot qui ne saura jamais courir comme un lapin !
 
 
 
 
                                                           ( Melk )                                                     
 
                  
 
 
                                       Fines gouttes grosses gouttes averse trombe
                                       Toute une famille pour les présentations
                                       O.K. se tient sur le seuil
                                       Buste fade et si sage
 
                                       La gloire vous foudroie un homme
 
 
 
 
 
 
                                                           ( Pöchlarn , en quittant le musée Kokoschka)
                                                          
 
                                                                                       
 
 
 
 
 
                                       Va me péter un maillon
                                       Une côte est une côte pour ce bestiau
                                      
                                       Mais il écoute   - parfois -
                                       Quelques réglages : vas-y donc en souplesse
 
    
                                       Son copain lui conseille de me traiter avec plus de douceur
                                        ( déjà , ce mot…)
                                       Il a observé : toujours en force
                                  Curieux : c’est son copain qui se plaint des genoux
 
 
 
                                                           ( Aggsbach Dorf )
 
 
 
 
 
                                                                    Pour Alain, mon ami
 
 
 
 
                                       A l’entendre   pas mieux que la Wachau
                                       Ses abricots ses villages ses schnaps son pinard
                                       Il dit pinard vous entendez tant d’impertinence
                                       
                                       Lorgnons de l’autre rive
                                       Un vélo çà ne boit pas
                                        Alors que comprendre ?
 
 
 
 
                                                           ( Weisshausen )
 
 
 
extrait
 
 
JEAN-PIERRE NEDELEC
 
 
Jean Pierre Nedelec est l'auteur de Danielle Collobert et le Bretagne, éd. Blanc Silex 2002; et de Notes pour Eros, éditions La Part commune 2006. Il a conçu et préfacé Lectures pour Jean Vilar, de Georges Perros, éd. Le Temps qu'il fait 1999. Publiant dans plusieurs revues, il collabore régulièrement aux Cahiers Paul Léautaud .
 
 
------------------ 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents