Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°2- Décembre 2007- Jean Gédéon

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 3 Décembre 2007, 00:00am

Catégories : #poèmes

  ------------------   
  
L’INCONSCIENT
 
 
                La surface est paisible
 
à peine agitée quand se lève le vent des zizanies secrètes
 
Cet océan se repose entre deux ouragans
et l’horizon courbé s’efface dans ses rides
pour laisser du champ libre à l’espace têtu
 
Sous la surface paisible des mensonges lisses
se terrent proliférants les insondables secrets
 
  ------------------   
 
                LARMES DU RASOIR
 
 
 
En vain on essaie d’ouvrir l’œil borgne
de la matrice
Ce qui se trame dans les cloisons du sang
La nuit épaisse à couper aux couteaux des bouchers
 
Les larmes du rasoir et le sang noir et triste
Les cris de la bête en rage dans le tempo du cœur
quand on est ce rien dans le grand tout qui hurle
 
Avec des mots de rien
 
                                                           Juste pour le soleil
 
 
Son échancrure rayonnante
dans la saveur rêche des brûlures
et sur le miroir qui tremble
l’explosion d’une aurore désertée
 
L’œil dominant saisi de peur n’ose plus contempler
dans l’ultime pénombre
la trace des dernières servitudes
Et la face outragée
 
 
  ------------------   
 
                 VARAPPE
 
 
Sans cil paupières nues aux coins rognés
 L’iris épandu dans le non voir
Voyant
ce que non
                        La multitude invisible à l’œil grouillante autour
 
Du dedans
non visible au-delà
 
Immensités
 
Failles empilées strates sur strates
 
Dans l’abysse inconnu
se cherchant
non visible
 
 
 
  ------------------   
 
DESTINÉES AVEUGLES
 
 
Comme des insectes emprisonnés
on fraye avec les monstres
 
ailes coupées
carapace écrasée
pattes arrachées
 
et devant l’entêtement des parois
nos certitudes vacillent
dans les vacarmes du sang
 
Entre commencement et fin
nos deux seules vraies certitudes
il y a des hasards de fortune
la nécessité journalière
et la peur de l’inconnu
 
 
 
------------------   
 
EN AMOUR GRAND ET BEAU
 
 
 
Le blanc dans le rouge frémit
comme celle qui fit
lever le vent dans les voiles louvoyeuses
 
vers le centre du cœur d'extase
ravivant la sublime serrure
sa force sa faiblesse et ses parfums nacrés
 
Se lèveront alors les chants d'aurore
leurs rêves d'infini dans le temps déployé
 
 
 
 
------------------   
 
JEU DE GO
 
                   Les rumeurs désertées les humeurs taries
dans des couloirs obscurs
la grande muette résignée à entrevoir
à travers la lucarne éblouissante
la pancarte aux signes illisibles
inscrits par celui qui ne dit pas son nom
 
L’encerclement au fond du labyrinthe
 
La trouble jouissance
et les pièges infâmes du soleil
 
 
Extraits de « La surface est paisible » © Editions Encres Vives, 2007.
 
 
 
 
JEAN GEDEON 

Ci-après, la notice publiée dans le numéro 15 de la revue "Nouveaux Délits" pour l'ensemble intitulé "Coup de gueule" :
 
Jean GEDEON écrit essentiellement et uniquement par plaisir.
Participe régulièrement à des lectures publiques de poésie. A publié une douzaine de recueils chez Hélices, Clapas, Editinter, et Encres Vives. Certains de ses textes sont également publiés dans de nombreuses revues. Est donc lu, comme ses pareils importants ou obscurs, par une minuscule poignée de lecteurs aventureux.
 
 
------------------   
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents