Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°2- Décembre 2007- Alain Suied

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 3 Décembre 2007, 00:00am

Catégories : #poèmes

------------------ 
LA MATIERE INVISIBLE



                Tournez, tournez, galaxies
                dans le rêve de nos cris
                chantez, chantez, galaxies
                dans la lueur de l'Infini!


                Matière invisible, tu vis
                dans notre mémoire et notre oubli
                un regard posé sur la Nuit
                éclaire l'horizon enfui!


                Rien ne disparaît, ouvrez
                les yeux et il renaît
                le tendre amour secret
                qui délivre de l'obscurité!

------------------ 
 
         UNE  AURA  D'ECLAIRCISSEMENT



                               En un certain sens, la pensée psychanalytique combat –
 comme le héros banal de "Typhon" de Joseph Conrad - les tempêtes les plus violentes avec les moyens du bord... et un savoir dont nul ne sait s'il est
 approprié...
                               Il ne s'agit pas de "critiquer" ici la géniale proposition Freudienne ni la rigueur de certains de ses disciples ou successeurs... mais
 de souligner que la condition humaine est loin d'avoir livré ses terribles et
 prodigieux secrets.
                               Etrange commerce de la Naissance!
                               Pourquoi le nouveau-né accepte-t-il ce qui n'est peut-être qu'illusion - et du moins "contrat? »
                               Mélanie Klein a évoqué les violences archaïques, les luttes obscures qui se déchaînent  alors. Winnicott évoque le jeu. Ferenczi décrivit  quelque océan prénatal. Tant d'approches se sont succédées!
                               Il faut se mettre en quête d'une poétique du mystère
 originel.
                               L'être humain entre dans l'existence et la quitte, croyons-nous, dans la souffrance. L'attachement même devient déchirure.
                               L'interrogation poétique n'est pas gage de vérité. Toutefois,
au cœur d'une société de plus en plus sensible à l'illusion, au discours aliénant,
 à la mode sans aspirations, au déni de l'Histoire, le poème devrait retrouver
une aura d'éclaircissement que certains chercheurs, scientifiques et psychanalystes, continuent ou recommencent à lui reconnaître.
                               Certes, le poème ne prétendra jamais énoncer la vérité - mais quelle Science, quelle Spiritualité pourraient y prétendre?
                                 Il reste à faire entendre - à nouveau ou pour la première
 fois -  que le moment de partage du poème n'est pas privé de significations,
que l'écoute du poème dans l'intimité de chaque conscience est une invitation
à reprendre le cours de sa propre "histoire" et celle du mystère humain en nous,
 à entendre la joie et la souffrance d'autrui comme un écho de nos interrogations
 les plus personnelles et les plus universelles, à faire entendre que la poésie n'est
pas détachée du réel mais vouée à sa patiente et multiple élaboration.
                                 La poésie future ne devrait plus être tentation narcissique, complaisance d'un groupe, fausse contestation, vraie régression - mais une lueur,
 un éclat, un feu arrachés à la noirceur des destins, à la sanguinaire illusion des sociétés, à l'inconnaissable de notre condition.
                                 La poésie future ne se contentera pas de tendre un miroir - d'ailleurs ignoré ou refusé - à ses contemporains mais incarnera sinon le mystère natif du moins son interrogation vivante et libre.  




                                 La poésie future sera combat contre les  limites et les conventions de la langue, refus du faux narcissisme des  publicités et des discours
 de "ressources humaines", intervention dans les logiques meurtrières des pulsions, partage heureux de la conscience  en éveil  et jamais domestiquée.


                                                                                               



                                 
Ce texte est offert à Fabienne Courtade ,Isabelle Raviolo ,Marie-Claire Bancquart , Florence Trocmé et aux lectrices et lecteurs des jeunes générations attentives et vigilantes.

 
 
ALAIN SUIED
 
 
ALAIN SUIED. Né en 1951.

 

A publié :

 Le silence (Mercure de France),

 La lumière de l’origine (Granit)

 Prix Verlaine,

 Le premier regard (Arfuyen) 

Prix SGDL,

 L'Eveillée (Arfuyen) ,

 Laisser partir (Arfuyen).

 

 

 

 Poète de la Présence, Alain Suied se tient à l'écart des compromissions du temps

mais au cœur des interrogations porteuses d'avenir.

 Il voit dans le Poème l'exercice de la liberté individuelle face aux idéologies et aux

dogmes de la Totalité.

 
 
 
 
------------------   
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents