Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS n°1- Novembre 2007- Jean-Pierre Nedelec

Publié par LE CAPITAL DES MOTS ( revue de poésie) sur 10 Novembre 2007, 00:00am

Catégories : #poèmes

 
                                            Heureux comme ma pelisse…
 
 
 
                                                     Eurovélojournal 2006
 
 
 
 
    pour M.
 
 
 
 
     Ils ont traversé le bourg
                                            Comme une flèche
     Juste le temps de nous dire :
      Le grand blond et son vélo noir
 
      Reparaît incertain    a-t-il perdu le nord ?
      Ou le ch’nord       mais c’est ailleurs
 
      D’Arzal nous irons jusqu’à Sainte Reine de concert
      Z’aimez de concert ?      un peu vieux ?
      Mais avec un batave ?     un peu vieux aussi ?
 
     Bicycler est peut-être affaire de langage
 
 
 
       ( Sainte-Reine de Bretagne)
 
 
 
 
 
       C’était couru d’avance : arrêt à Saint-Florent
       Devant la maison du Gracq
       Celui qui ne bénit pas les sept collines
 
       Comment le compère se fiche du château d’Argol et tout le bataclan
       Quand sourit la belle rousse rosie face au vent :
       Mignonne, allons voir si mon os…
       Un amoureux l’attend à Nantes par avion d’Irlande
      
       Pourquoi ne pas le vent dans le dos ensemble s’imagine mon bartlebicycleur
       Enfin !...le vent…
 
         (Saint-Florent-le-vieil)
          
 
Pour Thierry G.
 
 
        Que sais-tu du vent ?
        Du Vent devrais-je dire ce royal qui brise plante largue
        Tu fais le savant parce
         Qu’il me pousse le dos   
         Sais-tu qu’il se présente toujours
         -allons ! allons !..
         -d’accord : presque
         -de travers, l’oreille en un trouble parfait
 
                            Que sais-tu de nous ?
 
 
                                         (Candes-Montsoreau)
        
 
 
 
 
             A trop traverser les coteaux
             Il imagine que Vin et Vélo
             Ont plus qu’une lettre en commun
 
             Tant qu’à faire on appelle Rabelais à la rescousse
              Anjou, Saumur, Touraine, le bitume
              Eut-il été exquis pour Charles-Albert
              Sans l’amitié des cépages ?
 
 
                                                  (…et une pensée pour Réda ! Une !)
 
                                       ( Tours )
 
                               
 
 
-         Vous venez d’où comme çà ?
                                  Les attentes sont modestes
                                  Çà fume et çà boit les visages se dénoncent
                                  Et pas un n’imagine que nos réveils
                                  Sont plus doux que les leurs
                                  On connaît, on a donné, on n’embrasse pas les anges
 
                                   Il lâche : je viens de … aujourd’hui
                                   Il y a cinq jours j’étais à …
-         faut du courage dit le gars
 
                                   Comment lui dire    bien moins qu’à toi mon pote
                                    Tes paupières plus lourdes chaque matin
                                    Que nos sacoches trop lourdes
 
 
 
                                                          ( Orléans )
            
 
                                      A Cosne sur la berge de Loire
                                      Un pêcheur sous la lumière du soir
                                       Pente empierrée du quai
 
                                       Cornes tendues le vélo s’imagine
                                       Compagnon des poissons-chats
 
 
 
 
 
                                                      ( Cosne sur Loire )    
 
 
 
                             Ayons la force de rejeter
                             Nos hérétiques nos païens
                             Nos ignorants de la foi
                             Ceux-là qui geignent du cul
                             Au premier tour de pédales
                                     Et
                              Qui de leurs bagnoles
                              Ecrasent les reliefs du Monde
 
                               Savent-ils seulement marcher ?
 
 
 
                                           ( Montceau- les- mines )
                    
                     La glisse silencieuse quand roue
                     Et route se font caresse
                     Et les fourrés surpris
                     Ces mystères qui fuient
                     Et un jour ce renard qui ne t’a vu venir
                     Ce marcassin qui n’en revient encore pas
     
                                    Furent compagnons d’un vertige
 
 
 
 
 
                                                           ( Zillisheim )                                
                                          
 
 
 
                                   Si proche si lointaine la basilique au bout des champs
                                   Le serpent du chemin te nargue
                                   Le clocher promet l’accord d’un village
 
                                   Si cheminée volutes vapeurs où sont les vents ?
                                   Qu’elle est longue la route pour s’en garder les yeux
 
 
 
 
                                                          ( Dampierre )
 
 
 
                                    Deux hommes sur le chemin
                                    Et le voilà qui se remet à l’humain
 
                                    Père et fils roulent en harmonie
                                    Temps d’arrêt : le voyage est intense
                                    A Montceau les mines sont passées
 
                                                Déjà le fils n’en garde que la mémoire du père
 
 
 
 
                                                       ( Blanzy )
 
 
 
                              Il y a des routes gentilles
                              Il y a des routes méchantes
 
                              Celle qui va de Wyhlen à Rheinfelden est méchante
                              Elle lance des gros rails en travers
                              Mâchoires pour attraper les roues
                              De vélos les petits les sans grade
 
                                       Roue tordue Pépé dans les orties
 
 
 
 
                                                    ( Wyhlen-Benken )
 
 
 
                                D’un fleuve à l’autre
                                De la Loire au Rhin
                                Du Mor bihan au Boden See
                                Le vélo l’aurait-il dompté ?
                                Il pédale comme il respire
                                Les coteaux du fleuve lui rappellent
                                 Il en sourit les taquines limites                                                                  De sa mécanique humaine                                                                                         
                        
                                                     (Konstanz)
(extraits)
 
JEAN-PIERRE NEDELEC
 
 
Jean Pierre Nedelec est l'auteur de Danielle Collobert et le Bretagne, éd. Blanc Silex 2002; et de Notes pour Eros, éditions La Part commune 2006. Il a conçu et préfacé Lectures pour Jean Vilar, de Georges Perros, éd. Le Temps qu'il fait 1999. Publiant dans plusieurs revues, il collabore régulièrement aux Cahiers Paul Léautaud .
 
 
 
 
 
------------------
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents