Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - JACQUES MERCERON

Publié par Le Capital des Mots sur 2 Mai 2020, 08:30am

Catégories : #poèmes

 

 

La Terre a rué dans les brancards

Et c’est le Carnaval des Masques

 

À trop lui faire la figue

Après la Fête des Fous

Organisée par des Rois nus

C’est à présent

La Couronne d’épines

Et le Carême confiné

 

Sur toute la terre

Mère Folle / Mère Sage agite

Ses grelots

Et ses soufflets pestilentiels

 

Nous avons poussé

Dans leurs retranchements

Ses pangolins couronnés

En boules d’écailles

 

Pesticidé les insectes

De ses chauves-souris

Ces délicates ‘feuilles mortes du crépuscule’

 

Fragmenté      déforesté

Marteau-picoré

Sans rime ni raison

Le corps de la Vieille

Qui maintenant rechigne et renâcle

Nous postillonne à la face

 

Nous avons martelé

Le sourire de ses délicates balances

Étranglé ses chevelures d’écume

Ravagé le chatoiement de ses seins

Sur ses plus hauts glaciers

 

De loin en loin

Des crieurs de nuit

Vox clamentis in deserto

Avaient en vain sonné le tocsin

 

Désormais Nef des fous

Nous partons à la dérive

Sans rames ni avirons

 

Éclairés seulement par la

Lumière admirable des soignants

Des petites mains de tous bords

(Si grandes à présent)

Affairées dans les décombres

À juguler la courbe

De la mort inscrite en traits sanglants

En graphiques de mort hameçonneurs

Sur les murs du cimetière des innocents

 

En ce printemps encore la Vieille

Nous tend avec désespoir

Les larmes pendantes

De ses cerisiers du Japon.

 

8-9 avril 2020

 

 

 

*

 

Découillonnade pour confinés

    ou nés confits (au choix)

 

Jour après jour

Nuit après nuit

Jour après nuit

Nuit après jour

 

Vivre sous un trop plein

De co-vide

 

Le temps dégoutte

En stalactite

S’empile

En tas de vertèbres mal

jointes

 

On secoue la calebasse

Et c’est greli grelo

Et c’est plein de ronces

Ça grippe        ça croche

Ça balloche

 

On voudrait partir en pirogue

Sur l’Orénoque ou

Dans ses propres veines

Se découvrir des Ailes d’or

à dos de chameau

 

Au lieu de cela c’est

Zoom et zoo dans les chaumières

À l’enseigne du Tamanoir

Qui vous pourlèche les fourmis dans 

Les jambes

Puis c’est Booz endormi

Qui joue relâche

À l’enseigne du Lion d’Or

 

Plus question de se faire

La course à l’échalotte

Ni de jouer à saute-mouton

Ni même À bon chat bon rat

Ou À bon entendeur salut

 

On y sera jusqu’au grand I vert

Donc cabalons cabalons

Les amis

À califourchon sur

Le bout de la langue

 

Heureusement (béni soit-il) que

Le Premier Moutardier du Pape

Écrit encore ses Mémoires

À coup de roupie de sansonnet

(cent-quarante vers bien sonnés)

 

Ça fera de la lecture

Jusqu’à ce qu’on se redresse

Jusqu’à ce qu’on repasse le Cap de Bonne Espérance

 

En ce jour du Muguet deux fois vain

 

JACQUES MERCERON 

 

Il se présente : 

 

 

Né à Paris en 49 d’un certain siècle ; études au lycée Lakanal (Sceaux) et à Berkeley (Californie) ; professeur ‘émerite’ (littérature médiévale, Indiana University, USA).

 

Ce pourrait être cela : né en canicule et plus précisément en Lugnasad (nuit du 31 juillet-1er août); par suite, ne pouvant faire autrement que de brûler pour toutes les “disciplines de feu” : mythologies, légendes locales et hagiographiques, contes merveilleux, traditions populaires (les vraies !), sans oublier la poésie (Ce soleil d’aimer, éd. Saint-Germain-des-Prés, 1971 ; Les Temps magnifiques, Cahiers de l’Hirondelle, 1974 ; poèmes et interventions dans diverses revues aujourd’hui défuntes, 1975-1978 (Aroba, Autre, Barbare, Cosmose, La Tête de l’Âne, Le Crayon Noir, Les Texticules du Hasard, Panique, Plasma, Vérités, Vrac, Zèdebis ; rencontres avec la queue de la comète surréaliste : Le collage surréaliste en 1978). Poèmes (phénixiens ?) à paraître dans Décharge, d’autres peut-être (qui sait ?).

 

Publications : Le Message et sa fiction. La Communication par messager dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, Berkeley, University of California Press, 1998.

Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux (du Moyen Âge à nos jours), Paris, Éditions du Seuil, 2002.

La vieille Carcas de Carcassonne. Florilège de l’humour et de l’imaginaire des noms de lieux en France (légendes, jeux et calembours toponymiques du Moyen Âge à nos jours), précédé d’un Essai sur le sujet, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

 

Articles sur le Moyen Âge : Cahiers de Civilisation Médiévale, Le Moyen Âge, Olifant, Reinardus, Romania, etc.

Traditions populaires et mythologies : Cahiers d’Apistoria, Keltia Magazine, Mythologie Française, Mythologie(s) Magazine, Nouvelle Mythologie Comparée, Ollodagos, Revue du Tarn, etc.

https://frit.indiana.edu/documents/cvs/2020-merceron-rancais.pdf


 

Jacques Merceron . - DR

Jacques Merceron . - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents