Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - DIDIER AYRES

Publié par Le Capital des Mots sur 11 Mai 2020, 16:37pm

Catégories : #articles - articles critiques

Le pli des leurres, Luminitza C. Tigirlas, éd. Z4, 14€

 

Un livre question


 

J’ai eu d’abord l’idée d’intituler cette note de lecture : un poème inappartenu. Mais il restait encore à la fin du livre quelques questions que cette écriture me suscitait. Donc, ce pli comme un livre de questions. La paternité de ce texte reste d’ailleurs une de mes premières interrogations. Car ces poèmes en forme de dialogues se revêtent de différentes personnalités, et ne s’attribuent pas une voix unique et définitive. L’autrice oscille entre diverses identités.

À mon sens, nous sommes dans une écriture post-expressionniste, et il est clair que la filiation avec le théâtre de Sarah Kane a été fondamentale. Est-ce du reste tout à fait Sarah Kane qui fait écho ? Sommes-nous vraiment dans un expressionnisme tardif ? venu d’Angleterre ou d’Allemagne ? Devrions-nous pencher davantage vers le surréalisme ? le futurisme, là aussi tardif ? Ce que je distingue, c’est d’abord un certain talent pour inventer une forme, des formes. Et même si l’écrivaine ne se satisfait pas d’une formule, on aime passer d’un registre à l’autre, d’une des personnalités de l’écrivaine vers d’autres. Si l’on cherchait une filiation musicale, irions-nous vers Varèse ? ou Xenakis ?

 

      J’ai trouvé des signes partout     du Néant, dans l’expérience de l’absolu. Une famille est un Tout : mère – terre ; frère-sœur – air ; père – le feu ou l’eau. Moi je travaille à réunir ces éléments.

 

Cependant, une composition s’installe, nous rassure, voyant l’autrice prise d’une inquiétude très forte mais qu’elle surmonte. J’ai pensé aussi à la poétesse Catherine Andrieu dont le travail pourrait aussi reprendre certaines des interrogations que j’ai formulées plus haut. Ainsi, s’offrent au lecteur une aventure et une découverte exigeantes, loin du divertissement littéraire, afin de répondre en soi à la plasticité d’une écriture intime, seule capable d’une vraie jouissance du beau, parfois, ou de l’aspect organique d’une expression littérale. Il faut parcourir ce texte pour reconnaître peut-être une sorte de soin, de vitalité sur laquelle ces poèmes débouchent.


 

DIDIER AYRES 

 

 

Il se présente : 

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il se consacre principalement à la poésie. Il a publié essentiellement chez Arfuyen. Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il gère les ateliers d’écriture créative à l’université. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire et Recours au poème.

 

 

***

 

 

 LUMINITZA C. TIGIRLAS

 

 

Plus d'infos sur :  http://www.le-capital-des-mots.fr/2018/01/le-capital-des-mots-luminitza-c.tigirlas.html

 

 

Le pli des leurres, Luminitza C. Tigirlas, éd. Z4 - DR

Le pli des leurres, Luminitza C. Tigirlas, éd. Z4 - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents