Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - GÉRARD LE GOFF

Publié par Le Capital des Mots sur 5 Mars 2020, 13:12pm

Catégories : #poèmes

Un extrait du recueil Arsenal des eaux © 2020 Encres Vives

http://encresvives.wix.com/michelcosem

 

Tombeau des certitudes

 

L’averse dure et froide

Dame le sol d’ambre

Carde mon corps déjà las

D’être sanglé par ce vent

Qui me démembre

 

Dame le sol d’ambre

Ruisselle sur les chambres

L’averse dure et froide

Les fleurs pourries que je piétine

Sont si loin de l’offrande

 

Sur la crête des croix

Le soir s’arroge l’insoutenable

Un départ de feu froid

Dans la candeur de la pierre

Et ce silence inconsolable

 

Je sais des nuages d’altitude

Ouvrer la soie de nos morts

Tant de visages esquissés

De chevelures de fumée

Tous ces regards d’étoiles

 

Et tombe l’eau

Tombe sur les tombes

 

*

 

Un extrait inédit du recueil Les chercheurs d’or

 

MAURICE FOMBEURE (1906-1981)

 

Croire au village

 

Je t’aime mon village innocent et joyeux

Où la vie fait un doux bruit d’ailes (*)
 

Maurice Fombeure

 

Le sablier de la mer s’écoule dans les rues,

Où peut-être m’attend encore la mort ou l’amour :

On se méfie si peu des paresses du destin,

Du facétieux hasard qui va au jour le jour.

 

Le soleil couchant rougit les faces du village.

Au fronton de la mairie s’étiolent les drapeaux,

Alors que cloche l’église, si loin de l’or des sillages ;

Son coq n’aimante même plus de son chant les matins.

 

La rumeur de la mer dévide ses blancs fuseaux.

Sur la place, le vieux tilleul infuse sa douceur.

L’étoile du berger compte ses nuages bouclés,

Et la nuit silencieuse repeint en bleu les heures.

 

Le lit où je dors épouse la forme de tes rêves.

De ce triste monde, les étoiles ont jeté la clef.

Sous notre toit, l’horloge des chats s’accorde une trêve,

Et dans le même livre sont recensées nos mille vies.

 

Au levain du pain premier se compose mon pays.

La lumière habille les fontaines d’étincelles nues.

Au fond du ciel les hirondelles virgulent la brise.

Pour toi, j’espère de la liberté la venue,

 

Ô beau pays, dont chaque sentier mène à mon cœur !

Les fenêtres s’éveillent une à une, débordent d’azur,

Délivrent les rires des enfants parmi les oiseaux.

Aurons-nous au moins une chance de l’échappée belle ?

 

(*) Source : Maurice Fombeure : Trouver l’âge de ce village in A dos d’oiseau

 

 

 

GÉRARD LE GOFF 

 

Il se présente :

 

Gérard Le Goff travaille la prose (roman, nouvelles), la poésie, le dessin et la peinture. Pour en savoir plus, voir son site :

Gérard Le Goff : Amers & compas,

https://gerardle-goff4.wixsite.com/monsite

 

Arsenal des eaux. Gérard Le Goff. Encres Vives n°497. 2020 -DR

Arsenal des eaux. Gérard Le Goff. Encres Vives n°497. 2020 -DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents