Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS -JEAN-LUC FAVRE-REYMOND

Publié par Le Capital des Mots sur 29 Janvier 2020, 13:57pm

Catégories : #aphorismes, #texte, #philosophie, #prose poétique, #articles - articles critiques

Tractacus logico- poeticus

Suivi d’Epistémé

Par Jean-Luc Favre Reymond

5 Sens éditions. Genève/Suisse

Extraits

 

 

1 – Le monde n’est pas forcément ce qui a lieu

 

  1. Le monde est le lieu

  2. Le monde n’est pas le lieu

  3. Le monde ne peut avoir lieu

 

Die Welt ist alles, was der Fall ist

 

  1. – Le monde de (fait) est une totalité en (soi)

 

Le monde ne peut être ni fragmenté, ni inversé

 

  1. Le fait n’est pas le monde des faits

  2. Les choses appartiennent au monde

  3. Les choses ne sont pas (forcément) toujours des faits

  4. Le fait est une (qualité) du monde au même titre que les faits

 

1.11 – Le monde ne peut être logiquement déterminé (uniquement) par les faits, en cela que

les faits ne sont pas toujours connus.

 

La maison monde convient tout aussi bien à l’âpre sablier

 

1.12 - Tout ce qui n’a pas lieu est aussi ce qui a lieu. Mais les faits ne sont pas une totalité

(englobante)

 

  1. Il y a le lieu et le fait, le fait et le lieu

  2. La totalité n’est pas nécessairement de ce monde (là)

 

1.13 – Les faits dans l’espace logique sont (aussi) dans le monde

 

  1. Dans ?

  2. Hors de ?

 

En regardant le ciel, il est apparu un noir arc en ciel

 

  1. – Le monde se compose de faits

 

  1. Les faits se (composent) à partir du monde

  2. Les faits se (décomposent) dans le monde des choses

  3. Les choses se (recomposent) dans les objets

 

1.21 – Tout ce qui a lieu est un fait (même de manière isolée et inchangée)

 

  1. Quelque chose plutôt que rien

  2. Quelque chose ne change rien à l’ordre du monde ?

  3. Changé ou inchangé (là est la vraie proposition)

 

  1. – « En cela que » le fait subsiste à lui-même, qu’il soit ou qu’il ne soit pas.

 

  1. Comment la chose peut-elle subsister sans l’état de choses

  2. L’état subsiste à lui-même, comme à la chose.

  3. La substance est un état de choses

 

2.01 - Les objets peuvent se connecter entre eux (selon) un état de choses, en cela il

(procèdent) par entité.

 

  1. L’état de choses n’est pas la connexion proprement dite

  2. Toute entité (détermine) un état de choses

  3. Une connexion n’est pas un objet en soi

 

2.011 – L’essence de la chose est une partie du monde

 

  1. l’élément constitutif de la chose est la chose elle-même

  2. Tout ou partie, selon les circonstances

 

2.012Ce qui est accidentel n’est pas forcément logique

 

  1. L’état de choses est prééxistant à la chose elle-même

  2. Ce qui est préjugé ce n’est pas tant la chose, que sa

possible accidentation dans l’état des choses

  1. Toute chose induit une logique qui lui est propre, sans pour

autant préjuger de ce qu’elle est ou semble être

 

2.01.21 – Ce qui apparaît comme accidentel (prévaudrait) sur la chose elle-même

ou bien que la chose puisse se substituer à elle-même, selon les

circonstances et les faits.

 

 

Epistémé

 

I

 

Ce qu’il (faut) interdire !

 

Quelque chose comme un regain

(D’air)

Au cœur des mots – poitrine ….

 

Souiller les pieds genoux

Selon la marche exacte du (temps)

 

A toute indélicate formulation

(Opposer) le sens du

Vent !

 

Pire encore les phrases se déploient

Sous un angle (peu) favorable

 

L’acheminement des pierres

(Alchimiques)

Jusqu’au centre de la terre (burin)

 

Considère une face cachée

De la boue (boueuse/Bouée)

 

Pas de bouffée d’air entre deux portes closes

Selon un rite inédit

 

Les constructions de cet (ordre) demeurent fragiles

A contrario d’une mise en scène exemplaire

De la Divinité !

 

(La) Divinité ?

 

Juxtaposer grammaire diverse – syntaxe inaudible

En fonction du calendrier (Lunaire)

 

Avec pour principes…..

 

1/ Ne pas supposer que l’ombre existe derrière vous

2/ Ne pas croire que le courant d’eau remplace

3/ Ne pas imaginer le loup dormant

 

A seule fin

D’intervertir certains termes

(Inconcevables) par nature

 

Peu

Pliers,

 

Chau

Mière,

 

Co

Horte,

 

Li

Mon,

 

Toute conclusion demeure frontale, avec en arrière plan

(L’idée) d’un désastre attenant à ….

 

Ou admettre (sans certitude) que la mer a rejeté son écume

Vers une île inconnue !

 

Pas de complaisance (là) où la partition suggère

Un nombre incalculable de signes !

 

Sur le plan mathématique :

 

La multiplication des consonnes

Puis des voyelles

Oblitère le sens

 

Tiens donc !

 

O

Bli

Tère (terre, taire)

 

Chaque exercice comporte un risque d’erreur

(Portant)

 

« Les aigles survolent la montagne (sacrée) »

« Le lion avale sa proie »

« L’éléphant est un étourdi solitaire »

 

Si (ceci) est un rêve (cela) le sera-t-il

En toute impunité !

 

Il suffit d’un seul accident (de la mémoire)

Pour que les (cartes) sortent du jeu !

 

Trans

Pire

 

Res

Pire

 

Ne pas rester (fort) idiot !

 

A moins que…..

 

« Le millénaire s’achèvera en plusieurs phases »

 

La gro

Tte,

 

Le Vol

Can,

 

La Lu

Ne ,

 

L’opposition des noms comme cause principale

 

Abra

Ham,

 

Mo

Ise,

 

Je

Sus,

 

Au cœur du débat : La filiation !

 

Il n’est pas nécessaire de tourner les pages (à l’envers) prendre la bonne direction

De A à Z, selon une chronologie (surfaite)

 

Ou ajoutant encore du désordre dans les esprits

 

« On vous parle des vices de l’humanité »

Comme si le sens originel ressemblait à une

 

CA TA PUL TE

 

Dans l’étrangeté noirceur sueur stupeur (de l’ongle)

 

Considérant que l’ordre des saisons (1, 2, 3,4)

N’avait comme fonctionnalité

Qu’une approche incertaine de l’existant

 

« La balle tourne autour de la Lune »

« La Lune mange le Soleil »

« Le Soleil est bleu- orange »

« L’orange n’a pas du goût »

 

Tout signifiant possède un signifié qui se regarde de (travers)

 

Toute affirmation vaut pour une contradiction 

 

 

 

JEAN-LUC FAVRE- REYMOND 

 

 

 

Il se présente :

 

Jean-luc Favre Reymond est un poète, critique et écrivain Français, né en 1963 en Savoie. C’est un ancien collaborateur du Centre de Recherche Imaginaire et Création de l’Université de Savoie sous la direction du professeur Jean Burgos. Membre du Conseil National d’Education Européenne (AEDE – France). Il est l’auteur de 37 ouvrages publiés et traduits tout ou partie en huit langues. A ce titre il figure dans le Larousse de la poésie Française, édition établie par Jean Orizet en 2007. Prix International pour la paix. Chez le même éditeur, Le Registre (De l’origine de l’œuvre), 2018

Jean-Luc Favre-Reymond. - DR

Jean-Luc Favre-Reymond. - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents