Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - LAURENT MAINDON

Publié par Le Capital des Mots sur 4 Décembre 2019, 16:00pm

Catégories : #poèmes

Au détour des mots échangés

la fatigue d’un long périple à travers les épines du monde

les morsures du serpent la logorrhée des hommes

une paix intérieure appare sous les cicatrices


 

***


 

Ses mots sont désormais économes

Il dit plus avec les yeux

Entretient la roublardise des réponses

Comme on joue encore et toujours

Avec le dé de la destinée

 

***


 

Edgar dit qu’il a tout écrit

de ce qu’il souhaitait écrire

que l’encrier est à présent vide

non par pénurie

mais par satiété

L’insatiable épuisé après corps à corps avec les mots


 

***


 

Le visage d’Edgar éprouve une certaine lassitude

Il respire bruyamment

et s’en retourne en ses songes

Lorsque je lui rappelle combien l’espoir

et l’humour noir sont les béquilles de son œuvre

son regard transperce le mien

s’enfuit très loin froisse tous ses brouillons

ricane comme une bruine tiède

relie l’Ukraine à New York

franchit les monts d’Ararat et d’Aragats

puis s’élève au-dessus de nous

fumée d’un calumet

ultime pensée éprouvant sa liberté

L’éternité en une poignée de secondes

Puis revient vers moi un sourire malicieux

qui se confond avec la moue de l’enfant

Il pense que je n’ai rien vu


 

***


 

Bronsky nous instruit

A quand l’incendie des leurres

Edgar rit sous cape


***


 

C’est bien à Lyon en 50 que l’incendie commença

un crayon si bien affûté qu’il crissait

sur le papier

feuilles vierges

posées à même le marbre des tables du bistrot

Si agile à force de frotter dans le vide

des mois et des mois durant

Un jour à Lyon la peine d’être au monde

la douleur de l’impuissance

brûlèrent en quelques phrases

Le temps d’un éclair un embrasement jubilatoire

Nuit naissait en plein jour

d’un trop plein de lave

Edgar s’en souvient comme d’hier

simple ruisseau à franchir

d’un bond de cabri joyeux

soixante-dix ans plus tard


***
 

Lui qui souffle l’imprévisible à l’oreille de ses personnages

qui tremble de ne savoir quand achever

se tait à présent

sonde le silence dans les conversations

science nouvelle comme grâce de l’au revoir


LAURENT MAINDON 

 

 

Il se présente :

 

Laurent Maindon est metteur en scène et auteur par passion, fils de peintre en bâtiment et de caissière. Il a fondé et dirige à Nantes le Théâtre du Rictus, compagnie de théâtre conventionnée, depuis 1996 et défend tout particulièrement les écritures dramatiques contemporaines.

En tant qu’auteur, il a publié plusieurs ouvrages de poésie (dont récemment au Zaporogue Lettres intimes, Chroniques berlinoises, Soudain les saisons s’affolent, La Mélancolie des Carpathes qui formaient la tétralogie Les chemins du désir) et quelques nouvelles et récits (récemment La collection, Voivodina Tour, Par delà les collines…). Il collabore avec les Editions du Zaporogue, Leaky boot press et a publié également dans différentes revues (Le Zaporogue, Terre à ciel, Revue des Ressources, Ancrages.ca, Nagyvilag, Uj Forras).

 

Laurent Maindon - DR

Laurent Maindon - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents