Le Capital des Mots.

Le Capital des Mots.

Revue littéraire animée par Eric Dubois. Dépôt légal BNF. ISSN 2268-3321. © Le Capital des Mots. 2007-2020. Illustration : Gilles Bizien. Tous droits réservés.


LE CAPITAL DES MOTS - PASCAL MORA

Publié par Le Capital des Mots sur 28 Août 2019, 21:38pm

Catégories : #articles - articles critiques

« NÉANT », Didier Ayres, Éd. Tarabuste 2019

 

« Néant » se présente sous la forme de cinq cahiers, eux-mêmes déclinés en plusieurs textes dont la forme ressemble à des chroniques rédigées en prose. Le terme « Chronique » prend bien ici le sens de pensées écrites au fil du temps, sans qu’elles soient précisément datées, excepté la mention 2007/2016 qui précise l’ouverture et la clôture de l’ouvrage. Celui-ci est présenté dans une édition soignée avec couverture carton et à rabats.

Le contenu du livre est multidimensionnel, ce qui le rend fort intéressant à lire et à relire. Il suit un chemin singulier et courageux. Didier Ayres cherche à capter la vérité des différents moments nourrissant l’expérience intérieure. Georges Bataille la vivait comme une expérience de la vie dans ses dimensions les plus extrêmes, une forme de mystique libre d’attaches religieuses. « Néant » raconte la vie dans la mobilité des sensations autant que dans la force de son mystère. La vie est un chemin « mobile, changeant ». Le livre en évoque l’écoulement, le fleuve. L’écriture, ici, se cristallise autour de l’affirmation versus la négation. Ainsi, l’une des premières occurrences du livre est la mort. La mort exprime une forme du néant, du rien. Pourtant, le texte n’en exprime aucune angoisse. La mort est « une amie invisible », « une promesse ». Les phrases « Vie et mort. Angoisse et félicité » mettent en parallèle la vie avec l’angoisse ; la mort avec la félicité.

Si l’homme affirme Blaise Pascal est « également incapable de voir le néant d’où il est tiré et l’infini où il est englouti » il reste cette petite lumière allumée dans la nuit cosmique, cette lumière du savoir et de la création qui éclaire le sage et l’artiste. C’est l’image qui me vient : celle de l’ermite à la lampe dans son antre. Et c’est grâce à cette blessure lumineuse que l’homme n’est pas totalement aveugle. Voilà un autre sens du « Néant » de Didier Ayres. Car l’acte d’écrire est omniprésent dans son livre. Ecrire est lié cette fois à la « clarté de la page blanche ». Le livre devient une « ivresse ». L’écriture comme révélation de ce qui advient puis s’éloigne, de l’œuvre en dilatation/ contraction comme un organe vivant.

 « Néant » exprime « l’entre » : l’écrivain navigue entre la vie et la mort, entre la page blanche et la page noircie de signes, entre l’attente et le mouvement, la clarté et l’obscurité, le for intérieur et le monde des phénomènes… En joignant les contraires, on trouve l’oxymore du Pseudo Denys l’Aéropagite que Didier Ayres a placé en exergue du Cahier II « C’est donc dans ces plus qu’éclatantes ténèbres que nous souhaitons d’entrer», pour connaître la plus haute présence.

Le livre suit, à mon avis, une démarche de négation pour frayer un chemin vers l’essence du monde. Il passe d’un état d’être à l’autre sans s’y arrêter un peu comme le méditant zen ne fixant sa concentration sur aucune pensée en particulier ni sur la vacuité. Il les laisse passer comme des nuages, des formes de l’illusion.    

  

 PASCAL MORA 

 

Il se présente :

 

Pascal MORA est formateur chez les Compagnons du Tour de France. Il a publié plusieurs livres de poèmes : Ce lieu sera notre feu (Unicité 2018), Feuilles du chemin (Encres Vives, 2009), Etoile nomade (L’Harmattan 2011) et Paroles des forêts (Unicité 2015). Il participe à des lectures poétiques, en France et à l’étranger : en Argentine en Espagne et au Mexique. Il pilote un site web : Voyages dans la clairière http://www.clairiere.net/. Ce site accueille plusieurs poètes avec leurs textes et leurs photos. Il a publié dans plusieurs revues en France : Arpa, Les Cahiers du Sens, Comme en poésie, Mange-monde, Multiples…

Pascal MORA s’intéresse aux poésimages, poèmes en surimpression sur des photos. Depuis février 2016, il œuvre à un Café-Poésie dans la ville de Meaux, où il réside. C’est un moment de rencontre et de partage pour les poètes.

 

 

 

 

***

 

 

DIDIER AYRES

 

Il se présente : 

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il se consacre principalement à la poésie. Il a publié essentiellement chez Arfuyen. Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il gère les ateliers d’écriture créative à l’université. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire et Recours au poème.

 

NÉANT , Didier Ayres, Éd. Tarabuste 2019 - DR

NÉANT , Didier Ayres, Éd. Tarabuste 2019 - DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents